Cartographie et toponymie : The English Pilot

stpetersmapThe English Pilot

Island of St. Peters. English Pilot.

En 1721, à Londres, apparaît la première carte imprimée de Saint-Pierre. Il s’agit d’une petite carte publiée dans l’English Pilot, un manuel de navigation en langue anglaise. Ce document représente très sommairement l’île de Saint-Pierre et les îlots environnants ; d’un aspect curieux et totalement dénué de détails terrestres, cette carte est accompagnée d’un court texte. La première publication de cette carte date de 1721, elle fut incluse dans toutes les éditions jusqu’en 1794[i]!

L’auteur, William Taverner, capitaine Terre-Neuvien leva cette carte en 1714[ii]. Pour accomplir cette besogne, il fut accompagné de douze soldats. Dès son arrivée à Saint-Pierre, le 17 juillet, il fit afficher aux portes de la chapelle une déclaration interdisant aux Français de pêcher et de commercer dans l’île de Saint-Pierre. Il s’empressa ensuite, afin d’éviter le dépeuplement, de retenir le plus grand nombre des anciens habitants et de leur faire prêter serment à la couronne anglaise. Il procéda de même dans les havres de pêche du Havre Breton, de la Baie d’Espoir, de Grand Banc et de Fortune.

L’ancien gouverneur français de Plaisance, Pastour de Costebelle fit alors parvenir une lettre au prêtre de la chapelle de Saint-Pierre menaçant tout Français ayant prêté serment à la couronne anglaise de graves sanctions. Le dilemme auquel étaient confrontés les anciens habitants n’était pas de moindre importance. La lettre de Costebelle faisait présager l’ombre de la pendaison à tout rebelle.

L’enracinement de certains de ces vieux Saint-Pierrais était tel que ces menaces furent ignorées. Par la suite, Taverner alla même jusqu’à les défendre auprès des pouvoirs anglais. Par exemple il plaida la cause du marchand français Gabriel Roger afin qu’il puisse entretenir un négoce avec les habitants lors de la prochaine saison de pêche.

La cartouche de la carte de Taverner se lit comme suit :

 » A Defcription of the ifland of St Peters, by Capt. William Taverner.

THE ifland of St Peter’s is subject to Fogs of a different dryer nature than those in other parts; and yet it is an extraordinary good place for drying and curing Cod Fish. There is good Fishing Ground round all the island: The Harbour is good for Ships to ride in, especially the Bottom of it called the Bougway, where no Wind can hurt them; there is Reach enough for 300 Boats. It lies in 47 Degrees 10 Minutes North Latitude, where the Compass hath two Points Variation Wefterly.

Note, That the small Crosses in this Chart signify Rocks under Water, and the Figure shew the Depth of the Water in Fathoms. »

 » Une Description de l’île de Saint-Pierre, par le Capitaine William Tavernier. L’île de Saint-Pierre est soumise à des Brumes sèches d’une nature différente de celles qui existent ailleurs ; cependant il s’agit d’un endroit extraordinaire pour le séchage et le curage de la Morue. Il y a de bons lieux de pêche tout autour de l’île : Le Port est bon pour l’accès des Navires, en particulier le fond de celui-ci appelé Bourgway [Barachois] où aucun vent ne peut leur causer de dommages ; il y a assez de plage pour 300 Bateaux. Elle se trouve par 47 Degrés 10 Minutes de Latitude Nord, où la Boussole indique deux points de Variation vers l’ouest.[iii]

Nota, les petites Croix sur cette carte indiquent la présence de rochers à fleur d’eau, et cette figure représente la profondeur de l’Eau en Brasses. »

La toponymie assez pauvre et ne fait que reprendre celle d’usage. Aucun nom nouveau n’est recensé et la traduction littérale est même de mise. La présence de Français ayant prêté sermon à la couronne a donc contribué au prolongement de l’usage des toponymes d’origine française.

Ifland of St Peters : Saint-Pierre.

St Peters : Petit Saint-Pierre.

Doggs I : Ile aux Marins, ancienne Ile aux Chiens

Columba I : Grand Colombier.

stpetersmap


[i] The English Pilot Fourth Book, London 1689, p xx. Atlas Facsimile série Theatrum Orbis Terrarium. Rand McNally & co. Chicago 1967.

[ii] Taverner William. Great Britain, Committee for Trade and Plantations – William Taverner’s Survey Report (Placentia 1714). OMF-006, Université Mémorial de Terre-Neuve.

[iii] Le Nord magnétique se trouve à deux points (ancienne unité de mesure d’angle) soit 22 degrés de déclinaison vers l’ouest.


Note : cette série d’articles fut rédigée entre 1997 et 2004 dans le cadre d’une œuvre consacrée à l’histoire de la cartographie et de la toponymie de l’archipel. Le projet n’ayant abouti, les ébauches vous sont livrés tels quels avec pour seul objectif de mieux faire connaître cette facette particulière de notre histoire.

Cartographie et toponymie des îles Saint-Pierre et Miquelon.
De William Taverner à James Cook 1721 – 1764

Marc Albert Cormier

Marc Albert Cormier est originaire des îles Saint-Pierre et Miquelon. Passionné par l’histoire de son archipel natal, il a consacré d’importants moyens à la mise sur pied de ce projet d’encyclopédie virtuelle et historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.