Toponymie : François René de Chateaubriand

Grâce aux mémoires d’Outre-Tombe de Chateaubriand, une description de Saint-Pierre à l’aube de l’invasion Anglaise de 1793 nous est parvenu. Outre sa fresque romantique d’un paysage semblable à ses yeux à celui de la Laponie et la rencontre d’une jeune marinière, son récit est parsemé de quelques noms de lieux qu’il n’est pas inutile d’étudier. Ces noms se répartissent en trois groupes, les toponymes courants, les toponymes modifiés et les toponymes inconnus.

Au chapitre des toponymes courants on peut aisément inclure l’anse Rodrigue, le Cap-à-l’Aigle, l’île aux Chiens, le Barachois, l’étang Ravenel, l’étang du Colombier, l’étang du Cap-à-l’Aigle, l’étang du Savoyard, l’étang du Cap Noir, la Vigie et le ruisseau du Pain de Sucre.

La tête de Galantry, toponyme d’origine anglaise est nommé la Tête galante par l’auteur malouin.

Le ruisseau de Kergariou est un de ces rares toponymes qui ne fut jamais répertorié sur aucune carte de Saint-Pierre. Sans conteste d’origine bretonne, c’est aussi le patronyme d’un père récollet missionnaire à Louisbourg vers 1724, Pierre Joseph de Kergariou.


Note : cette série d’articles fut rédigée entre 1997 et 2004 dans le cadre d’une œuvre consacrée à l’histoire de la cartographie et de la toponymie de l’archipel. Le projet n’ayant abouti, les ébauches vous sont livrés tels quels avec pour seul objectif de mieux faire connaître cette facette particulière de notre histoire.

Marc Albert Cormier

Marc Albert Cormier est originaire des îles Saint-Pierre et Miquelon. Passionné par l’histoire de son archipel natal, il a consacré d’importants moyens à la mise sur pied de ce projet d’encyclopédie virtuelle et historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.