1906 – Teddy Roosevelt candidat à Saint-Pierre et Miquelon ?

Les îles Saint-Pierre et Miquelon traversaient au début du 20e siècle une crise économique terrible qui vit le départ de nombreuses familles au Canada et aux Etats-Unis d’Amérique. En 1905, des secours exceptionnels furent alloués par l’état Français, la question des « affamés de Saint-Pierre et Miquelon » fut évoquée dans un autre article sur ce site.

Le 30 décembre 1906, un rendez-vous électoral fut programmé pour l’élection d’un délégué au Conseil supérieur des Colonies. Selon une rumeur persistante, un nombre d’habitants s’était mobilisé pour que le président des Etats-Unis d’Amérique, Theodore Roosevelt Jr soit nommé candidat à cette élection locale afin de provoquer le gouvernement français de métropole vu comme principal responsable du désastre économique des îles.

Lettre du 20 novembre 1906 du consul au département d’État américain

Le consul général des Etats-Unis s’empressa dès le 20 novembre de rédiger une note à cet effet à l’assistant du secrétaire d’État à Washington. Il indiqua dans la note que le président Roosevelt avait de grandes chances de remporter l’élection si le projet était mené à son terme.

Plusieurs responsables du projet avaient sollicité le Consul américain, Charles Freeman, espérant y obtenir son soutien. Celui-ci refusa avec fermeté et politesse.

«Do nothing so foolish; the honor you propose for President Roosevelt will not be appreciated, and I cannot understand how, by this course, you can mitigate the situation. »

« Ne faites rien d’aussi insensé, cet honneur que vous proposez pour le président Roosevelt ne sera pas apprécié et je ne comprends pas comment, par cet acte, vous allez améliorer la situation »

Réponse du département d’État du 4 décembre 1906.

Le 3e assistant du secrétaire d’état américain, Huntington Wilson, répondit dès le 4 décembre au consul Freeman lui demandant de ne pas intervenir ni de faire connaître son avis.

Une note interne indique dans le même temps que le département des affaires étrangères des Etats-Unis était très intéressé par la question et que toute information complémentaire serait la bienvenue. Une autre note trouva la réponse du Consul aux St-Pierrais trop brusque et qu’il se devait d’être d’une stricte neutralité.

Source :
National Archives Identifier: 19355383
Container Identifier:
 Box 7, M862 Roll 273.
Creator: Department of State.


L’affaire Roosevelt fut évoqué dans la presse locale : Le réveil Saint-Pierrais. N°11 – 22 décembre

Manoeuvre électorale

Depuis quelque temps, nos adversaires, qui sont farceurs, prônaient à ceux qui ne veulent pas de M Légasse la candidature de M. Roosevelt à la délégation.

Il est de notre devoir de prévenir les électeurs que c’est là une simple manœuvre électorale, dont le but était d’abord de nous faire passer pour des anti-patriotes, parce que dans l’état de dénument de la colonie, nous avons préconisé et préconisons la cession de Saint-Pierre, si elle doit avoir lieu, de préférence aux Etats-Unis qu’à Terre-Neuve, avec lequel nous avons toujours été en incompatibilité d’humeur. Et que ferait Terre-Neuve de Saint-Pierre quand il a des ports naturels beaucoup plus beaux et qui sont abandonnés. Au contraire, les Etats-Unis sauraient relever Saint-Pierre de sa ruine, et jamais le gouvernement de la République n’en arrivera là sans adresser un référendum à la population qui se prononcera sans hésitation du côté où se trouveront ses intérêts et son bien-être matériel.

Quant à la manœuvre électoral proprement dite, elle consiste en ce que les votes accordés à un étranger sont nuls et qu’ils ne sont pas proclamés. En outre, comme les bulletins blancs, ils sont déduits de l’ensemble des votants et ils réduisent considérablement le chiffre exigé pour avoir la majorité.

En votant blanc ou pour M. Roosevelt, c’est donc diminuer d’autant le chiffre de la majorité et facilité l’élection au premier tour de M. Légasse.

Que chacun vote pour qui bon lui semble, mais que chaque électeur dépose un bulletin qui soit une protestation et non une nullité.

Marc Albert Cormier

Marc Albert Cormier est originaire des îles Saint-Pierre et Miquelon. Passionné par l'histoire de son archipel natal, il a consacré d'importants moyens à la mise sur pied de ce projet d'encyclopédie virtuelle et historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.