1889 – Nécrologie : M Pierre Dérouet

Feuille officielle de Saint-Pierre et Miquelon
4 octobre 1889

Nécrologie

Le 3 Octobre courant ont eu lieu, à l’Ile -aux Chiens, les obsèques de M. DÉROUET ( Pierre) armateur, Lieutenant commandant la section de Sapeurs pompiers et ancien adjoint spécial de cette section de commune. M. Dérouet appartenait à la compagnie de pompiers depuis 1866; nommé lieutenant en 1873, il était titulaire d’une médaille d’honneur de 2e classe obtenue à la suite de l’incendie de 1879 . Toute la population de le Gouverneur, la plupart des notabilités de la Colonie et un grand nombre d’habitants du chef-lieu ont tenu il accompagner cet honnête homme à sa dernière demeure.

Les cordons du poële étaient tenus par:

  • MM. Dupont, Président du Conseil général, Président de la Commission municipale de St-Pierre;
  • Boutiller, Capitaine commandant la compagnie des Sapeurs-pompiers;
  • Hacala (Charles), Lieutenant à la même compagnie;
  • Dufour, gérant de la maison A. Lemoine.

Deux allocutions ont été prononcées sur la tombe de M. Dérouet; l’une par M. Boutillier, Capitaine des pompiers, et l’autre par M. Mazier, ancien Maire de Saint-Pierre. Nous nous faisons un devoir de les insérer ci-après :

Allocution de M. Boutillier,

Messieurs,

Au nom de la Compagnie de Sapeurs-Pompiers, je viens dire un dernier adieu à notre ami, à notre camarade Pierre Dérouet, lieutenant de pompiers à la section de l’Ile-aux-Chiens, qu’il commandait depuis sa formation. Qu’il me soit permis de lui rendre un public hommage et de dire que, dans bien des circonstances, j’ai été heureux de compter sur le dévouement et le sang-froid de notre regretté ami et collègue. Tout dernièrement, vous avez été • témoins comment, sans se préoccuper de ses propriétés en danger, il a lutté avec énergie et courage contre l’incendie qui, en quelques instants, a dévoré une partie de l’habitation de M. Anatole Lemoine. Ces faits seuls prouvent le dévouement et l’abnégation que Dérouet apportait dans l’accomplissement des devoirs qui lui étaient confiés. Souhaitons que son exemple soit suivi et fasse honneur à la mémoire de celui qui s’est dévoué, au péril de sa vie et de ses biens. Au nom de la Compagnie, adieu! Dérouet. Adieu!

Après M. Boutillier, M. Paul Mazier a parlé en ces termes:

Au nom de ceux qui eurent l’honneur d’être ses collègues au Conseil municipal, je me fais un devoir de venir dire un dernier adieu à l’ami que nous venons d’accompagner à sa dernière demeure. Il serait trop long de vous retracer la vie si bien remplie de Pierre Dérouet; tout le monde cannait et apprécie les mérites qui l’ont distingué et recommandé à l’estime de ses compatriotes. Toujours disposé à obliger et à se rendre utile à son pays d’adoption, nous l’avons vu y apporter le bien-être industriel par la construction de deux navires, confiée à son activité par la maison Lemoine, bien avant que son brevet do constructeur lui ait été accordé; prouvant ainsi qu’il y avait en lui toutes tes aptitudes et les connaissances voulues pour mener à bien une œuvre d’intelligence et de travail.

Il fut le digne successeur du sympathique père Lemaréchal dans les fonctions d’adjoint spécial, et mieux que personne, grâce à nos rapports fréquents, j’ai été à même de constater tout le dévouement et tout le désintéressement que Dérouet apportait dans l’accomplissement de son difficile mandat. Sa préoccupation constante était de donner et de faire donner satisfaction aux moindres désirs de ses compatriotes. Les souvenirs de tout le bien qu’il a accompli sont encore trop récents pour qu’il me soit besoin d’insister davantage sur la perte que la section de l’Ile-aux-Chiens vient d’éprouver dans un de ses plus dévoués et ardents serviteurs.

Combler est autrement triste et cruelle cette séparation que nous déplorons en amis, quand l’on vient à penser que notre regretté collègue est enlevé aux siens, encore plein de santé et dans la force de l’âge; que du jour au lendemain, le malheur est venu fondre sur une maison pleine, encore lier, de toutes les promesses de bonheur do gens bien portants, et qu’aujourd’hui il n’y a plus d’époux, ni de père aux petits enfants de cette famille bien unie.

Puissent ces regrets unanimes de ses anciens collègues et de ses amis atténuer la douleur de sa famille et rendre un dernier hommage à l’homme de bien qui n’est plus.

Adieu Dérouet ! repose en paix à l’ombre de tes bienfaits,

Grand Colombier

Le GrandColombier.com est un site recensant tout document historique ayant un lien avec les îles Saint-Pierre-et-Miquelon : traités, cartographie, toponymie, archives, sources primaires, études, recherches, éphémérides. Le site est dirigé par Marc A. Cormier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.