1536 – Relation de Jacques Cartier

 » Nous fumes ausdictes yles sainct Pierre, ou trouvasmes plusieurs navires, tant de France que de Bretaigne, depuis le jour sainct Bernabe, XIe de juing, jusques au XVIe jour dudict moys, que appareillasmes desdictes ysles sainct Pierre et vynmes au cap de Raze  » – Jacques Cartier, juin 1536

cartier

Jacques Cartier: Navigateur né en 1491, issu d’une famille aisée de Saint Malo. Se marie en 1520 avec Catherine des Granches, elle-même issue d’une famille de navigateurs. Selon certains historiens, c’est lors d’un pèlerinage effectué par François I au Mont St Michel que le souverain Français aurait été sollicité pour …

Lire la suite

1541 – Alonzo de Santa Cruz

« Isla de San Juan; Islas de las Virgines. …Y junto al cabo de Santa Maria, que es luego passada la baya, estan tres yslas como quasi en triangulo, de hasta ocho luegas de largo cada una, con otros isleos a la rredonda, las quales se llaman las onze mill Virgines, todas despobladas, y sin algun [ningun?], provecho. Al derredor desta tierra y costa ay muy grande abundancia de pescados, por laqual causa vienen cada año muchos bretones e irlandeses a pescar a ellas por el rrio, y llevan cargados sus navios dellos. Los pescados que mas comunmente aqui se …

Lire la suite

1545 – Jean Alfonse

« Le cap de Saincte-Maric et les isles  de Sainct Pierre sont l’est suest et ouest nordouest. Et  y a, en la traverse, quarente et six lieues. Et quant vous partirez du cap de Ratz, sept ou huyt lieues en la mer,  irez, à ouest norouest, quérir les isles de Sainct-Pierre,  pour raison que alentour du cap, et au long la coste, y  a des rochiers qui boutent loing en la mer et sont dangereux. Et du cap de Ratz jusques aux isles de Sainct-Pierre y a quarente lieues. Et si vous vouliez aller par le destroict des Bretons, passerez …

Lire la suite

1556 – Gian Battista Ramusio

« Entre le cap de Ras et le cap Breton habitent des peuples sauvages et féroces avec lesquels on ne peut établir aucune liaison ; ils sont d’une haute stature, et leur habillement se compose de peaux ed louprs marins et d’autres animaux sauvages, liées ensemble. Leur figure est sillonée par des raies qui semblent faites au moyen du feu et bariolée de couleurs tirant vers le sombre. Ils ont beaucoup de rapport, en ce qui touche les ajustements du col et du visage, avec les habitants de côtes de Barbarie ; ils laissent grandeir leur cheveux comme ceux des …

Lire la suite

1579 – Voyages Avantureux, Martin de Hoyarçabal

hoyarcabal« Sçaches que le cap de Breton, & les Isles de S.Pierre gisent est ouest quart de noroest & suest, ya 45. lieues. […] Gisent cap de Breton & le pertuis de Micquetõ est ouest, ya 42 l. […] Gisent le Colombeire de S.Pierre & le pertuis  de Micquelle nort norroest & su suest, ya 7. lieües »

« … il y a 2. autres entrées aux isles de S. Pierre, l’vne est su & l’autre est fort estroit, il y des baches couuertes beaucoup qui sont fort dangereuses, & l’autre est fort large & bõne, & ya force baches …

Lire la suite

15xx : Histoire basque des îles Saint-Pierre et Miquelon

De quand date la présence basque à Terre-Neuve ?

En dehors de toute légende, nous pouvons affirmer que la présence basque dans les alentours de Terre-Neuve remonte jusqu’aux années 1530 (1), voire 1517 (2). Toute présence basque précédant ces dates n’est pas encore confirmée par les études archéologiques, paléographiques ou cartographiques. En ce qui concerne les îles Saint-Pierre et Miquelon, Jacques Cartier ne mentionne pas de pêcheurs basques dans les îles, mais seulement des marins et navires "tant de France que de Bretaigne". En 1541, Alonzo de Santa Cruz ne fait mention que de pêcheurs irlandais et bretons aux îles …

Lire la suite

1676 – Lieutenant de Courcelle

« Remarque sur les haures de Tere Neufe ou nous auons entré et ou peuuvent aler les vaisseaux du Roy. Aux Ylles S pierre lemouillage nest pas bon pour de gros vaisseaux parce qu’il ne peuuent entrer dans Le barachoy qui est un haure de maré pour les moien batiment. Dans la rade le fons est mellié de sable et de roche. Quant on ni demeur quelque temps il fault liegés les cables ou bien il se coupe. Lon mouille depuis les 20 brasses jusque par les I. où sont les nauires pescheurs. Pour lantré elle se voit assé et …

Lire la suite

1677 – Pierre Detcheverry edo Dorre (version française)

Ce livre est destiné à la navigation sur l’océan. Martin de Hoyarçabal l’a écrit en Francais et Pierre Detcheverry ou Dorre l’a traduit en Basque, avec quelques ajouts. A Bayonne dans l’ imprimerie Fauvet du coté des Carmes.

Capitan d’Oyarçabalen

p 99 Saches que les îles de Saint-Pierre sont alignées sur 2 des 4 points cardinaux a l’entrée et il y a 2 modestes îles et c’est un bon endroit pour mouiller et si vous voulez mouiller, mouillez sur le bout à 10 ou 12 brasses.…

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.