30 août 1889 – Exécution capitale à St-Pierre

30 août 1889. Feuille Officielle des îles Saint-Pierre et Miquelon
Exécution capitale à St-Pierre.

Samedi dernier, place Courbet, a eu lieu l’exécution de Joseph Néel, la première dans la colonie depuis la reprise de possession. A trois heures et demie du matin, MM. Caperon, Procureur de la République, Siegfriedt, greffier des tribunaux, l’abbé Cadoret, désigné comme aumônier par M. le Supérieur ecclésiastique, Sigrist. gardien-chef de la prion entrent dans la cellule du condamne. Néel couché dans son cadre paraissait dormir. Très doucement M. le Procureur de la République le touche à l’épaule. Néel ouvre les yeux et se dresse sur …

Lire la suite

8 février 1889 – Tribunal criminel de Saint-Pierre

8 février 1889. Feuille Officielle des îles Saint-Pierre et Miquelon
Tribunal criminel de Saint-Pierre

L’affaire de l’île-aux-Chiens avait attiré une foule énorme aux alentours du Palais de Justice. Avant l’heure, on s’écrasait littéralement aux portes pour entrer. Les débats ont duré deux jours, mardi 5 février et jeudi. 7 février.

Le Tribunal criminel était ainsi composé: M. Venot, président; MM. Aphalo, sous-commissaire de la Marine, et Lallier du Coudray, aide-commissaire de la Marine, membre du siège, et quatre assesseurs, habitants. notables, MM. Léoni Coste, Grézet, Charles Haeala et Léon Humbert.

Me Caperon, Procureur de la République, Chef du service Judiciaire …

Lire la suite

4 janvier 1889 – Un assassinat à l’ile aux Chiens.

4 janvier 1889 – Feuille Officielle des iles Saint-Pierre-et-Miquelon
Un assassinat à l’ile aux Chiens.

Les habitants de l’Ile-aux-Chiens sont encore sous le coup du drame affreux, qui a ensanglanté leur île. Le sieur Coupard, François, marin-pêcheur, âgé de 6 i ans, occupait une cabane de pèche avec son .avant, un nommé Ollivier. Ces deux hommes avaient entre eux de fréquentes altercations, sans que ces disputes dégénérassent bien loin. Cependant dans la nuit du 30 au 31 décembre, les époux Juen, voisins du sieur Coupard, entendirent un bacchanal effroyable; on chantait… Ces bruits les tinrent éveillés une partie de la …

Lire la suite

1889 – Le Voleur illustré : cabinet de lecture universel

J’avais pourtant juré de ne pas rendre compte des exécutions capitales ! Mais voici qu’un abonné du Voleur, à St-Pierre, m’envoie le récit de la première exécution qu’ait vu l’île; alors pour montrer que l’homme n’est que contradiction, j’insère :

Saint-Pierre Miquelon, 24 août 1889.

Monsieur.

Je me permets de vous adresser quelques détails sur l’exécution capitale, qui a eu lieu ce matin, du nommé Néel, marin pêcheur condamné par le tribunal criminel de Saint-Pierre, à la peine de mort, le 7 février dernier, pour meurtre. Le crime avait été commis dans des circonstances horribles suivies de mutilation de la …

Lire la suite

1887 – Affaire Zuzuaregui: New York Sun

New York Sun: Saturday, January 1, 1887

AN AX FOR A GUILLOTINE.

A DECAPITATION CAUSING TROUBLE

Shall an Executioner be Brought from Paris or the Murderer be Taken Across the Sea to be Beheaded?

zuzaregui« Could you make a guillotine if I should furnish drawings « . This singular question was addressed by a gentleman, evidently French, to the manager of one of the largest cutlery concerns in New York, and was accidentally heard by a reporter who happened to be in the store. The manager replied that the company would undertake to supply anything in the edge tool line, …

Lire la suite

1886-1887 – Affaire Carlos Zuguarregui : Le Gaulois

Le Gaulois, 5 janvier 1887

UNE COLONIE DANS L’EMBARRAS

La petite colonie française de Saint-Pierre-Miquelon, près de Terre-Neuve, d’ordinaire si  calme, est toute bouleversée depuis quelque temps, et à en croire les habitants, la cause célèbre qui l’agite, est la plus remarquable des causes passées, présentes et avenir.  En deux mots, voici les faits

Un sécheur et saleur de morue a tué de sang-froid un de ses camarades, et est condamné par la cour d’assises de Saint-Pierre à être guillotiné. Au dernier moment, on s’aperçoit que l’exécution ne peut avoir lieu, faute de guillotine.

Les autorités ont beau chercher dans …

Lire la suite

1886-1887 – Affaire Carlos Zuguarregui : Le Radical

Le Radical, 1887, Samedi 8 janvier

HOMMES ET CHOSES

Un Condamné embarrassant

Si vous alliez parler aux habitants de Saint-Pierre-Miquelon des mille potins qui intéressent les Parisiens, il est fort probable qu’en ce moment, au moins, vous risqueriez d’être mal reçu. Les exploits de Succi et de Merlatti, l’opinion de M. Sarcey sur les Grenadiers de Mont-Cornette, la croix de M. Emile Zola lui-même sembleraient chose trop futile aux trois mille personnes qui vivent sur cette terre pourtant française.

C’est qu’en vérité les habitants de Saint-Pierre-Miquelon ont, pour le moment, bien d’autres chats à fouetter : l’île a un condamné …

Lire la suite

1886-1887 – Affaire Carlos Zuguarregui : La Croix

La Croix : 6 janvier (Numéro 1096)

GAZETTE DU JOUR A ST PIERRE MIQUELON
UN HOMME QU’ON FAIT BIEN ATTENDRE

Zuzuarregui, pêcheur et saleur de morue à Saint-Pierre, a tué un de ses camarades. On l’a condamné à mort, mais on ne peut l’exécuter, parce qu’il n’y a pas de guillotine à Saint-Pierre où on n’a jamais encore guillotiné.

Le gouverneur, M. de Lamothe, a écrit qu’on lui envoyât Deibler. Mais Deibler est très occupé, et Deibler ne pouvant voyager qu’en transport de l’Etat, son déplacement coûterait à la colonie quelque chose comme 30,000 francs. Elle le trouve cher.

On …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.