1874 : A Review of Public Events at Home and Abroad for the year (Niobe)

Annual Register : A Review of Public Events at Home and Abroad for the year 1874

The Niobe left Halifax for St Pierre, intending to communicate with the French naval officer at that place before proceeding on a fishing cruise. A thick fog was experienced the whole pas sage and the consequence was she was unable to reach St Pierre Roads. On May 20 she came to anchor on the west side the Sandy Neck joining the Great and Little Miquelon Islands; but finding the anchorage not a desirable one, and from the state of the weather thinking it possible, …

Lire la suite

1876 – Le naufrage du Bertha Souder

Les éphémérides indiquent que le « Bertha Souds » fit côte à l’Ouest de Langlade. Une note dans la dépêche consulaire du 28 janvier indique que Joseph Cuquemel, pêcheur de Langlade avait sauvé l’équipage du navire grâce à son courage et son énergie.

Le Bertha Souder, d’Eastport dans le Maine, commandé par Hiram E Wooster effectuait une rotation entre Sydney du Cap Breton et Saint-Pierre avec une cargaison de charbon. Subissant des vents violents venant d’ouest-nord-ouest, l’équipage fit de nombreux sondages et conclut qu’ils devaient se trouver sur le Banc Saint-Pierre. Quand ils virent la terre, ils crurent un instant …

Lire la suite

1876 – Novel Telegraphy, electrification of an island

The Year-Book of Facts in Science and Art: 1876
Electrical Science

NOVEL TELEGRAPHY—ELECTRIFICATION OF AN ISLAND.

A CURIOUS discovery has been made by Mr. Gott, the superintendent of the French company’s telegraph station at the little island of St. Pierre Miquelon. There are two telegraph stations on the island. One, worked in connection with the Anglo American company’s lines by an American company, receives messages from Newfoundland and sends them on to Sydney, using for the latter purposes a powerful battery and the ordinary Morse signals.

The second station is worked by the French Transatlantic Company, and is furnished with …

Lire la suite

1876 – Une visite aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon, Comte Marescalchi

comtemarescalchiNous trouvant au Canada au milieu de tant de souvenirs français, nous n’avons pas voulu le quitter sans faire une visite aux petites îles de St. Pierre et Miquelon, seul reste de nos anciennes Colonies de l’Amérique du Nord
Il y a deux moyens de se rendre à St. Pierre : le plus régulier et le plus naturel est de prendre à Halifax, (Nouvelle Ecosse,) le petit paquebot « Georges Shattuck » de la Compagnie franco-anglaise, lequel quitte ce port tous les deux lundis avec la correspondance apportée d’Europe par les paquebots anglais de la ligne Allan ; ce bateau …

Lire la suite

1878 – Exposition Universelle Internationale à Paris

Catalogue officiel. Exposition Universelle Internationale de 1878, à Paris

SAINT-PIERRE ET MIQUELON.


GROUPE V.
INDUSTRIES EXTRACTIVES. – PRODUITS ERUTS ET OUVRÉS.

CLASSE 43.
Produits de l’exploitation des mines et de la métallurgie.

  • Comité d’exposition. — Tourbes, minerais de cuivre, etc. 1

CLASSE 45.
Produits de la chasse ; produits, engins et instruments de la pêche et des cueillettes.

  • Broquant et Cie, à Dun&erque (Nord). — Filets pour la pêche de Saint-Pierre et Miquelon. 2
  • Comité d’exposition. — Collection d’histoire naturelle; peaux et fourrures; engins de pêche. 3
  • Lemaréchal (A.), à l’île aux Chiens. — Huile de foie de morue brune,
Lire la suite

1880 – Les îles Saint-Pierre et Miquelon, le comte de Premio-Real

LES ILES

SAINT-PIERRE ET MIQUELON

Notes de la conférence donnée à l’Institut Canadien, devant la Société Géographique de Québec, le 29 avril 1880, par Son Excellence le comte de Premio-Real, consul-général d’Espagne

Combien d’hommes est-t-il en Europe, voire en Amérique, parmi ceux mêmes qui ont des prétentions à un certain savoir, combien, dis-je, en est-il, qui ignorent jusqu’au nom de ces trois petites îles perdues sur les côtes de Terre-Neuve, ce colosse dont elles sont les humbles satellites.

Combien de français même à qui leur nom est inconnu, ou dans l’esprit desquels elles n’éveillent qu’une idée vague, presque insaissible, pareille …

Lire la suite

1881 – SAINT-PIERRE ET MIQUELON

La France, dans le choix de ses colonies, a toujours eu en vue, semble-t-il, de dédommager ceux de ses enfants qui abandonnent son ciel doux et tempéré, par les merveilleuses richesses des terres tropicales.
Mais celle que nous avons à visiter aujourd’hui va nous mener vers l’extrême nord du continent américain, vers les sombres régions du pôle. La vigie de notre navire fait entendre ce cri si ardemment attendu, si joyeusement accueilli au terme d’une longue navigation : Terre ! terre !

Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1884 – Rapport sur les vaccinations pratiquées en France

Note : cet article concerne une campagne de vaccination antivariolique aux îles Saint-Pierre et Miquelon selon la technique de « bras-à-bras », c’est à dire qu’on prélevait sur une personne récemment vaccinée le pus des pustules formées pour inoculer d’autres sujets. Cette méthode présentait le risque de transmettre d’autres maladies et le taux de mortalité était tout de même de l’ordre de 2%. L’obligation vaccinale fut pratiquée au 19e siècle dans les colonies avant la métropole.

Aux îles Saint-Pierre et Miquelon, notre confrère le docteur Cotte, médecin de 1re classe de la marine, nous a transmis les résultats obtenus …

Lire la suite

1884 : the Century Magazine, Le voyage de l’Alice May

"Portés par une brise Terre-neuvienne qui nous a sorti de notre apathie, deux jours après notre départ de la Baie des Îles, nous caressions l’espoir de voir St-Pierre dans la nuit du lendemain. Le Cap Anguille nous apparut vers midi, et nous étions en travers de Codroy au coucher du soleil, avec les feux de l’île St–Paul en direction de l’Ouest à tribord. Cette île se trouve dans le détroit, entre le Cap Nord et le Cap Ray." Lire la suite …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.