1989 – La guerre de la morue – Conflit Franco-Français.

Janvier 1989 – Conflit Franco-Français. Les habitants de Saint-Pierre et Miquelon s’opposent à l’arrivée de deux navires usines de Saint-Malo sur la zone de pêche française de Saint-Pierre et Miquelon. Plusieurs pêcheurs et marins de Saint-Pierre et Miquelon occupent les locaux des Affaires maritimes et menacent d’envahir la préfecture si les navires de Saint-Malo ne font pas demi-tour. Les navires concernés sont le Victor-Pleven, la Grande-Hermine et le Joseph-Roty. La situation dans l’archipel est jugée explosive et l’éclatement d’un conflit franco-française amuse les canadiens.

Lire la suite

1918 – Saint-Pierre et Miquelon resteront français

Quand nous avons jeté ici même un cri d’alarme à propos d’une cession possible à nos alliés de nos possessions de Saint-Pierre et Miquelon, ou nous a accusé volontiers de nous battre contre des moulins à vent. Le danger n’existait que dans notre imagination : plusieurs hommes politiques et non des moindres avaient affirmé que tant qu’ils seraient au pouvoir « Saint-Pierre resterait Français », le monde de la pêche maritime n’avait donc aucune raison de s’émouvoir. Le malheur est que chez nous le Gouvernement ne brille pas précisément pas sa stabilité et qu’un engagement individuel est bien peu de …

Lire la suite

1969 – Le français parlé aux îles Saint-Pierre et Miquelon (E. Aubert de la Rüe)

Plusieurs années passées tant aux îles Saint-Pierre et Miquelon que dans la province du Québec m’ont permis de constater combien différait le français en usage dans ces deux contrées de l’Amérique du Nord. Saint-Pierrais et Miquelonnais ignorent, en effet, la plupart des archaïsmes des américanismes et surtout des canadianismes, souvent fort pittoresques, des Québécois et n’en ont adopté qu’un nombre très restreint. La langue que parlent nos compatriotes de ce petit archipel, notre plus ancienne colonie tout en étant très proche de celle de la métropole … Lire la suite [pdf] (mis à jour avec nouveau fichier 25/05/2010)…

Lire la suite

1951 – Le Chasseur français

Un morceau de France battu par les tempêtes de neige ou voilé de brumes printanières, un groupe d’îles dont la principale n’a pas 40 kilomètres de long sur 24 de plus grande largeur, telle est, séparée de Terre-Neuve par un détroit de 25 kilomètres de large, notre lointaine possession d’Amérique : Saint-Pierre et Miquelon. Lire la suite … [pdf]

Lire la suite

1973 : Un village français en déshérence au large de Terre-Neuve.

Un village français en déshérence au large de Terre-Neuve.
« Le Monde » n° 8889, 12 et 13 août 1973, p. 8.
Un détachement de marins, débarqué de l’escorteur rapide Bourguignon, présente les armes, tandis que retentissent les notes graves de la sonnerie aux morts. Les drapeaux des anciens combattants s’inclinent lentement vers le sol. Face au monument de granit sur lequel s’inscrivent les noms des Miquelonnais tués au cours des deux guerres mondiales dans des combats dont le visiteur de passage se demande s’ils étaient vraiment les leurs, un petit groupe de personnalités observe une minute de silence. Banale …

Lire la suite

1783 – Traité de Versailles (Texte français)

ARTICLE 6 – Le Roy de la Grande Bretagne cede les Isles de St Pierre & de Miquelon, en toute Proprieté, à Sa Majesté Très Chretienne, pour servir d’Abri aux Pêcheurs François; Et Sa dite Majesté Très Chretienne s’oblige à ne point fortifier les dites Isles, à n’y établir que des Batimens civils pour la Commodité de la Pêche, & à n’y entretenir qu’une Garde de cinquante Hommes pour la Police.

ARTICLE 24 – Comme il est necessaire de designer une Epôque fixe pour les Restitutions & les Evacuations à faire, par chacune des Hautes Parties Contractantes, il est …

Lire la suite

1763 – Traité de Paris (Texte français)

ARTICLE 6

Le Roy de la Grande Bretagne cede les Isles de St Pierre & de Miquelon, en toute Proprieté, à Sa Majesté Très Chretienne, pour servir d’Abri aux Pêcheurs François; Et Sa dite Majesté Très Chretienne s’oblige à ne point fortifier les dites Isles, à n’y établir que des Batimens civils pour la Commodité de la Pêche, & à n’y entretenir qu’une Garde de cinquante Hommes pour la Police.

ARTICLE 24

Comme il est necessaire de designer une Epôque fixe pour les Restitutions & les Evacuations à faire, par chacune des Hautes Parties Contractantes, il est convenû que les …

Lire la suite

1936 : L’encyclopédie Coloniale et Maritime

L’encyclopédie Coloniale et Maritime

CHAPITRE V
Les Iles Saint-Pierre et Miquelon

S’il est loin d’être démontré que les Français furent les découvreurs de Terre-Neuve, il est en revanche certain que dès le début du XVIe siècle nos pêcheurs français ont fréquenté ces parages. Et quand Jacques Cartier, en 1535, reconnut les îles Saint-Pierre, il y trouva plusieurs navires  » tant de France que de Bretagne ». Vers 1604, nos pêcheurs fondèrent leurs premiers établissements sédentaires. Si la cession de Terre-Neuve à l’Angleterre par le traité d’Utrecht (1713) entraîna pour nous la perte de Saint-Pierre et Miquelon, le traité, de Paris en …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.