1764 – James Cook

Avant la rétrocession de 1764, les Britanniques décidèrent de lever une carte détaillée des Iles Saint-Pierre et Miquelon. C’était, pour les Britanniques l’ultime chance de cartographier un territoire qui pourrait peut-être devenir hostile. C’est donc avec précipitation que les ordres furent donnés à James Cook et ses collaborateurs par le capitaine Graves, et aucun délai ne devait retarder la prise de possession par le futur gouverneur d’Angeac.…

Lire la suite

169x – Plan du port de la Colonie Sc 91 438

Le document intitulé Plan du port de la Colonie de l’Isle de St Pierre Située dans l’Amérique Septentrionnalle que la Bibliothèque Nationale de France a catalogué Sc 91 438 est un curieux plan du port de Saint-Pierre. Sans date et d’auteur inconnu il est néanmoins riche en informations sur l’emplacement des diverses habitations et des graves du port de Saint-Pierre vers la fin du XVIIe siècle.

Voir cette carte sur le site Gallica.BNF.fr

  • Partie de L’Isle : Saint-Pierre.
  • Cap à l’aigle : Cap à l’Aigle.
  • Rade : la Rade.
  • Canal du Nord-est : Passe du Nord-Ouest.
  • Grave de l’Amiral :
Lire la suite

1835 – France Pittoresque par Abel Hugo

FRANCE PITTORESQUE
Par Abel Hugo, 1835
HISTOIRE.

On croit être certain que vers 1504, Terre-Neuve et les terres du continent voisin (le Canada et l’Acadie) ont été reconnus par les Basques français et par les marins bretons qui se livraient à la pèche de la baleine. Quelques écrivains ont même prétendu que dès le milieu du XIVe siècle, avant la découverte des Antilles par Colomb, l’Amérique septentrionale était fréquentée par les Basques qui, dan» l’intérêt de leur pêche, tenaient cette découverte secrète. On sait que lorsque Jacques Cartier, qui passe pour avoir découvert le Canada et Terre-Neuve, toucha a cette …

Lire la suite

Géologie des îles, par Jacques Nougier

GÉOLOGIE DES ÎLES SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON par Jacques Nougier

La géologie des îles Saint-Pierre-et-Miquelon doit être examinée dans un contexte régional beaucoup plus vaste dans lequel elle s’inscrit. Ce vaste ensemble comprend non seulement la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve, mais s’intègre à la ceinture orogénique appalachienne qui prend en écharpe le Sud-Est du bouclier canadien et la plate-forme nord-américaine.

La chaîne appalachienne est née il y a environ 580 millions d’années (Précambrien terminal ) et a évoluée jusqu’il y a 250 millions d’années ( Paléozoïque supérieur ). Elle provient d’une compression et plissement du plancher d’un océan Atlantique primitif sous l’effet des poussées …

Lire la suite

La CIBC à Saint-Pierre de 1919 à 1939

N’ayant la permission de reproduire sur Internet les images et données de la CIBC, nous référons le lecteur au numéro 1163 de l’Écho des Caps du 9 janvier 2009, pages 7 à 10.

« Fondée en 1867, date de la Confédération canadienne, la CIBC a ouvert ses portes à Saint-Pierre le 10 février 1919, à la veille de la Prohibition, puis ferma définitivement ses portes le 14 octobre 1939, quelques mois après l’incendie désastreux qui ravagea le centre-ville et détruisit 17 maisons dont l’établissement bancaire. »…

Lire la suite

15xx : Histoire basque des îles Saint-Pierre et Miquelon

De quand date la présence basque à Terre-Neuve ?

En dehors de toute légende, nous pouvons affirmer que la présence basque dans les alentours de Terre-Neuve remonte jusqu’aux années 1530 (1), voire 1517 (2). Toute présence basque précédant ces dates n’est pas encore confirmée par les études archéologiques, paléographiques ou cartographiques. En ce qui concerne les îles Saint-Pierre et Miquelon, Jacques Cartier ne mentionne pas de pêcheurs basques dans les îles, mais seulement des marins et navires "tant de France que de Bretaigne". En 1541, Alonzo de Santa Cruz ne fait mention que de pêcheurs irlandais et bretons aux îles …

Lire la suite

1677 – Pierre Detcheverry edo Dorre (version française)

Ce livre est destiné à la navigation sur l’océan. Martin de Hoyarçabal l’a écrit en Francais et Pierre Detcheverry ou Dorre l’a traduit en Basque, avec quelques ajouts. A Bayonne dans l’ imprimerie Fauvet du coté des Carmes.

Capitan d’Oyarçabalen

p 99 Saches que les îles de Saint-Pierre sont alignées sur 2 des 4 points cardinaux a l’entrée et il y a 2 modestes îles et c’est un bon endroit pour mouiller et si vous voulez mouiller, mouillez sur le bout à 10 ou 12 brasses.…

Lire la suite

1677 – Pierre Detcheverry edo Dorre (version labourdine)

Libvrhauda Ixasoco Nabigacionecoa. Martin de Hoyarzabalec egina Francezes Eta Piarres Detcheverry edo Dorrec escararat emana, Eta cerbait guehiago abançatuba. Bayonan Fauvet Imprimerian Carmesseteco aldean MDCLXXVII

Capitan d’Oyarçabalen

p 99 Iaquitecoduçu Sen Pierreco Irlac direla ordreric eta laubiac attean eta dire bi Irla chume eta muillatceco lecu-onada eta nahibaduçu muillatu muillaçaçu butuaren gainnean 10. edo 12. brasseran.

p 105 Seguidandire Ternuago graduac. Escatarietaco burua edo cap de Berton, 46 Gradutan, eta laurden. Sen-Pieretaco Irlac, 46. gradutan, eta hirur laurden. Cap de Ras, 46 gradutan, eta erdy.

Seguidandire Ternuaco arrutac, eta lecoac eta çunda, eta entradac, eta Portuen eçaguçac çeinnetan handabilçan, eta …

Lire la suite

1556 – Gian Battista Ramusio

« Entre le cap de Ras et le cap Breton habitent des peuples sauvages et féroces avec lesquels on ne peut établir aucune liaison ; ils sont d’une haute stature, et leur habillement se compose de peaux ed louprs marins et d’autres animaux sauvages, liées ensemble. Leur figure est sillonée par des raies qui semblent faites au moyen du feu et bariolée de couleurs tirant vers le sombre. Ils ont beaucoup de rapport, en ce qui touche les ajustements du col et du visage, avec les habitants de côtes de Barbarie ; ils laissent grandeir leur cheveux comme ceux des …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.