169x – Plan du port de la Colonie Sc 91 438

Le document intitulé Plan du port de la Colonie de l’Isle de St Pierre Située dans l’Amérique Septentrionnalle que la Bibliothèque Nationale de France a catalogué Sc 91 438 est un curieux plan du port de Saint-Pierre. Sans date et d’auteur inconnu il est néanmoins riche en informations sur l’emplacement des diverses habitations et des graves du port de Saint-Pierre vers la fin du XVIIe siècle.

Voir cette carte sur le site Gallica.BNF.fr

  • Partie de L’Isle : Saint-Pierre.
  • Cap à l’aigle : Cap à l’Aigle.
  • Rade : la Rade.
  • Canal du Nord-est : Passe du Nord-Ouest.
  • Grave de l’Amiral :
Lire la suite

1814 – Traité de paix entre le roi et les puissances alliées, conclu à Paris le 30 mars 1814

Extrait : « 8. Sa Majesté Britannique, stipulant pour elle et ses Alliés, s’engage à restituer à sa Majesté très Chrétienne, dans les délais qui seront ci-après fixés, les colonies, pêcheries, comptoirs et établissements de tout genre que la France possédait au 1er janvier 1792, dans les mers et sur les continens de l’Amérique, de l’Afrique et de l’Asie, à l’exception toutefois des îles de Tobago et de Saint-Lucie, de l’île de France et ses dépendances, nommément Rodrigue et les Séchelles, lesquelles S.M. Très Chrétienne cède en toute propriété et souveraineté à S.M. Britannique, comme aussi de la partie de Saint-Domingue …

Lire la suite

1911 – Etablissement des Récollets en l’île de Terre-Neuve.

Etablissement des Récollets de la province de Saint-Denis à Plaisance en l’île de Terre-Neuve. 1689
Par Hugolin, 1911

Outre Plaisance, il y avait alors huit autres établissements français sur la côte ; le recensement de Terre-Neuve de 1691 les énumère avec le chiffre de leur population respective; ce sont: Pointe-Verte, Petit Plaisance, Iles Saint-Pierre, Lissardie, Baie de Fortune, Grand Banc, Havre Bertrand, l’Hermitage. La population totale en tout et partout n’était en 1691 que de 48 hommes, 27 femmes et 75 enfants, y compris Plaisance; ce dernier endroit à lui seul comptait en 1691, 17 hommes, 14 femmes, 55 enfants …

Lire la suite

1916 – ACADIENS & CADIENS, DANIEL GAUVAIN

Avant propos

Après quarante ans de ce métier, je ne peux vous dire qu’une chose, c’est qu’on ne sait jamais rien du sort d’un livre”. C’est par cette remarque que le célèbre éditeur français Gaston Gallimard introduisit le jeune Robert Laffont dans la profession.

Publié à Paris en 1916, « Acadiens et Cadiens » est un des rares livres qui marqua le premier centenaire du retour définitif des îles Saint-Pierre et Miquelon à la France.

Soixante-cinq ans après sa parution, le livre semblait disparu de la circulation. En 1980, j’ai donc entrepris certaines recherches, à Paris à Saint-Pierre et Miquelon. …

Lire la suite

1902 – Une colonie française bien peu connue

Un violent incendie vient de détruire trois édifices de la petite capitale de nos possessions de Terre-Neuve. A l’occasion de ce douloureux évènement nous ne croyons pouvoir mieux faire que de reproduire les cinq jolies photographies qu’a bien voulu nous adresser notre correspondant de Saint-Pierre en les accompagnant de quelques notes suffisantes pour donner une idée de la vie de nos concitoyens dans les parages de Terre-Neuve.
Saint-Pierre et Miquelon, deux petites îles au Sud de Terre-Neuve, appartiennent, comme vous le savez, à la France. Elles sont, naturellement, habitées par nos concitoyens ; et ceux qui veulent bien nous en …

Lire la suite

1923 – Sciences et voyages – Saint-Pierre-et-Miquelon, métropoles de la morue

Un semblable destin a voulu que, des pays qui constituèrent nos plus vastes colonies, nous n’ayons gardé que de minuscules enclaves. De l’Inde, il ne nous reste que quelques comptoirs. De notre immense empire nord-américain, qui, à travers le Canada et la Louisiane, s’étendait du Cercle arctique au golfe du Mexique, nous n’avons conservé que Saint-Pierre et Miquelon. Ce sont deux minuscules îlots que le néfaste traité de Paris, en 1763, nous laissa, pour, stipule ledit traité, « servir d’abri à nos pêcheurs ». Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1909 – Le Drapeau américain arboré dans une Colonie Française

Des évènements récents ont attiré l’attention sur ce petit coin de terre baigné par l’Océan. Nos lecteurs liront avec intérêt les détails qui suivent sur la vie que mènent là-bas nos pêcheurs Bretons, Normands et Basques

La situation économique de Saint-Pierre et Miquelon, qui est loin d’être brillante, ne serait pas étrangère, paraît-il, aux manifestations violentes qui se sont produites dans notre colonie. On se rappelle que le 16 novembre, une partie de la population de l’île, pour protester contre la non-ouverture d’une école, manifesta et défila dans les rues, drapeau américain en tête. Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1934 – Six semaines aux îles Saint-Pierre et Miquelon (E. Aubert de la Rüe)

Longtemps, les îles Saint-Pierre et Miquelon durent leur prospérité à la pêche, industrie encore pratiquée à l’heure actuelle, mais dont l’importance a cependant beaucoup diminué et cela pour des causes diverses. Le déclin de la pêche aurait pu avoir des conséquences graves pour l’avenir de la colonie, s’il n’avait sensiblement coïncidé avec l’établissement du régime de la prohibition aux Etats-Unis. Grâce à leur situation géographique, les îles Saint-Pierre et Miquelon, proches de l’Amérique, devaient profiter de cet événement qui vient de leur assurer une ère de grande prospérité. Lire la suite …[pdf]

Lire la suite

1921 – SAINT-PIERRE ET MIQUELON

Ce médiocre archipel est la seule colonie française située en pays froid; il est aussi le dernier vestige des possessions de l’Amérique du Nord, abandonnées par le traité de Paris de 1763. Son unique utilité, –- non méprisable d’ailleurs.-–- est de servir de point d’appui aux flottilles qui vont pêcher la morue sur les bancs de Terre-Neuve.
Faute de communications directes avec la métropole, Saint-Pierre et Miquelon sont presque, en fait, sous la domination économique de Terre-Neuve et du Canada.

Lire la suite [pdf]

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.