1983 – Saint Pierre et Miquelon – Musée du Nouveau Monde

Saint Pierre et Miquelon
La France en Amérique du Nord
Musée du Nouveau Monde

Saint-Pierre et Miquelon, dernière terre française en Amérique du Nord, et La Rochelle, sont unies depuis le XVIIe siècle par de nombreux liens, non seulement historiques et économiques, mais aussi affectifs. Nombreux sont les Saint-Pierrais d’origine rochelaise, des deux côtés de l’Atlantique et particulièrement à La Rochelle.

Parmi les départements français d’Outre-Mer, celui de Saint-Pierre et Miquelon occupe une place à part. Sa population d’origine Basque, Bretonne, Normande, Rochelaise, est ancrée solidement depuis le XVIIe siècle dans ces îles du golfe du Saint-Laurent, au Sud de …

Lire la suite

1506 – 1513 (?) Louis XII rencontre des autochtones de Terre-Neuve

Pendant que le roi [Louis XII ] séjournait à Bourges , on lui amena de Rouen un sauvage de l’Amérique du Nord, le premier qu’on eût vu en France depuis la découverte de Christophe Colomb : cet homme, qui fut montré en spectacle à la cour, avait été trouvé par des pêcheurs sur les côtes d’Angleterre, dans une pirogue d’écorce légère où il naviguait avec six autres compagnons, lorsqu’une tempête les avait écartés de leur pays : ces derniers moururent peu de jours après leur arrivée à Rouen, soit à cause du changement de climat , soit par suite des …

Lire la suite

L’aventure des Frères Lacloche de Vallombreuse

Voici une aventure très pittoresque qui illustre le patriotisme et l’esprit de décision de deux jeunes frères décidés à ne pas rester simples spectateurs du conflit mondial. Leur père Henri Lacloche, aviateur de la Première Guerre, avait tenu à rejoindre Malraux dans son escadrille España qui luttait du côté « rouge ». Leur mère avait alors envoyé ses deux fils poursuivre leurs études en Grande-Bretagne, elle-même continuant de résider dans la Capitale.

A la déclaration de guerre, Mme Mère décidait d’emmener ses deux garçons aux Etats-Unis, son pays d’origine, et les inscrivait à l’Exeter Academy dans le New Hampshire.

La

Lire la suite

1722 – François-Xavier de Charlevoix

François-Xavier de Charlevoix,  1722
Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale

Des Isles de Saint Pierre

Ce soit trois Isles, dont les deux Premieres sont fort hautes. & du côté, où nous étions, il ne paroissoit que des Montagnes couvertes de mousse. On prétend que cette mousse couvre en quelques endroits de très-beau Porphyre. Du côté de Terre-neuve il y a quelques Terres labourables, & un assez bon Port, où nous avons eu quelques Habitations. La plus grande & la plus Occidentale des trois, qu’on appelle plus communément l’Isle Maguelon, n’est pas si haute que les …

Lire la suite

1956 – Sciences et Voyages n° 131, Novembre

A 20 kilomètres au large de la côte sud de Terre-Neuve, un groupe de petites îles balayées par le vent de l’Atlantique accroche dans l’Océan ses contreforts de granit sous le martèlement des vagues. Là vivent quelque 5 000 descendants des premiers immigrants, Bretons, Normands, Basques, qui colonisèrent le pays au XVIIe siècle. Lors des guerres que se livrèrent au siècle suivant Français et Anglais pour la domination du nouveau monde, Saint-Pierre et Miquelon changèrent plusieurs fois de main. C’est par le traité de Paris, en 1814, que la France s’en assura la possession définitive.

Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1900 : Saint-Pierre et Miquelon, Maurice Caperon

"Description sommaire. Les Iles Saint-Pierre et Miquelon sont situées dans l’océan Atlantique à 6 lieues environ de la côte Sud de l’île de Terre-Neuve, et à la distance approximative du port de Brest, de 3700 kilomètres. L’île Saint-Pierre est par 46°46’ de latitude Nord et 58°30’ (1) de longitude Ouest. Sa forme est très irrégulière ; haute, escarpée, depuis le Cap à l’Aigle jusqu’à la Pointe de Savoyard, elle s’infléchit au contraire vers la partie des terres que domine le phare de Galantry. Elle est longue de 7 kilomètres, large de 6 environ. Une série d’éminences, dont la plus haute …

Lire la suite

1887 : FLORULE DES ÎLES SAINT–PIERRE ET MIQUELON

FLORULE DES ÎLES SAINT–PIERRE ET MIQUELON
Par M. Ed. BONNET
Journal de Botanique. N° des 1er août, 1er septembre, 1er et 15 octobre 1887.

Dernières épaves des possessions coloniales de France dans l’Amérique du Nord, les îles
Saint–Pierre et Miquelon sont situées à l’entrée du Golfe du Saint-Laurent, à dix milles environ de la
côte de Terre–Neuve, entre 46° – 47° de lat. N. et 58° 29’ – 58°, 40’ de longit. W. (1). Miquelon, plus
septentrionale et plus vaste que Saint–Pierre, formait autrefois deux îles séparées par une passe
accessible aux navires, maintenant comblée par les sables depuis plus …

Lire la suite

1497 – 1860 : Cartographie des îles Saint-Pierre et Miquelon

Cartographie des îles Saint-Pierre et Miquelon du XVIe au XIXe siècle: toponymie et représentation variées d’une balise cartographique de la côte atlantique

Présentation donnée le lundi 16 juin 2003 au 20e Congrès International de l’histoire de la cartographie à l’université Harvard, Cambridge. Lire la suite …

Lire la suite

1885 – Louis Koenig (dessins)

La Case Clément à St. Pierre – Vue d’un port avec quelques bateaux dans la région de St. Pierre. Plusieurs bâtiments lignent la rive, un d’entre eux qui a le nom « Clément » sur son côté. La page est détachée d’un livre original. 2007-00034-2 – 3810819 – R12330-36-2-F

Vue prise des hauteurs de St. Pierre. – Vue d’un paysage dans la région de St. Pierre. Il y a plusieurs poteaux qui traversent le paysage un peu rocheux. La page est détachée d’un livre original.  2007-00034-2 – 3810792 – R12330-34-9-F

Le Cap à l’Aigle, St. Pierre. Vue du Cap à …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.