1722 – François-Xavier de Charlevoix

François-Xavier de Charlevoix,  1722
Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale

Des Isles de Saint Pierre

Ce soit trois Isles, dont les deux Premieres sont fort hautes. & du côté, où nous étions, il ne paroissoit que des Montagnes couvertes de mousse. On prétend que cette mousse couvre en quelques endroits de très-beau Porphyre. Du côté de Terre-neuve il y a quelques Terres labourables, & un assez bon Port, où nous avons eu quelques Habitations. La plus grande & la plus Occidentale des trois, qu’on appelle plus communément l’Isle Maguelon, n’est pas si haute que les …

Lire la suite

1987 – François Mitterrand, président de la République

30 mai 1987
Discours de François Mitterrand aux îles Saint-Pierre et Miquelon

Monsieur le maire,
– Mesdames et messieurs,

– C’est la première fois que je viens dans l’archipel de Saint-Pierre et de Miquelon et donc que je rencontre les élus, ceux qui restent sur place, conseillers municipaux, conseillers généraux. Très souvent, depuis de longues années, j’ai débattu des intérêts de Saint-Pierre et de Miquelon. Je les ai donc fréquentés et connus par dossiers interposés, ce qui n’est pas la meilleure façon. Je suis heureux de me trouver parmi vous aujourd’hui. Je disposerai des quelques heures qui me permettront, au-delà …

Lire la suite

1994 – Rencontre avec Mgr François Maurer

Rencontre avec Mgr François Maurer
Le bulletin Snop no 945 – 8 juillet 1994

Mgr François Maurer, Vicaire apostolique de St Pierre-et-Miquelon, présente son diocèse, son histoire et les défis qu’il doit relever, compte tenu de la pauvreté des moyens disponibles.

Monseigneur, pourriez-vous présenter votre diocèse?

Mon diocèse est en vérité un Vicariat apostolique. L’éloignement de la Métropole, l’environnement anglais de l’île proche de Terre-Neuve, les quinze cents kilomètres qui nous séparent du Québec, mais plus encore la durée du trajet pour s’y rendre, car il n’y a pas de vol direct, ces raisons et d’autres encore nous maintiendront toujours …

Lire la suite

Liste des femmes engagées dans le corps féminin des Forces Navales Françaises Libres

APESTEGUY Marie Thérèse
AUDOUX Francine
(Ledu)
BONIN Alice (Reux)
BOUDREAU Angèle (Théault)
BOURGEOIS
Léone
BOUVIER Simone
BRIAND Renée
CHARDRON MarcelleCLEMENT Marie
CORMIER Blanche (Farvacque)
CORMIER Jeanne (Haran)
CORMIER
Madeleine (Théault)
CORMIER Henriette (Massouty)
DERIBLE Henriette
DEROUET Thérèse
DISNARD Suzanne
DOUSSIN Germaine
FARVACQUE
Constance (Kerrien)
FLANDIGAN-LESAUX Francine (Morin)
FLANDIGAN Thérèse

FOLIOT Léone (Hollet)
FOLIOT Marguerite (Foucauld)
GARZONI
Paule (Philippe)
GROSVALET Renée (Boudreau)
HARAN Denise (Mainguy)
HUREL Georgette (Ledu)
JAUREGUIBERRY Arlette
JAUREGUIBERRY Lucienne
(Guillaume)
JAUREGUIBERRY Yvette (Bosse)
LAMBERT Blanche (Disnard)
LAMBERT
Marie Armande (Apesteguy)

LE BOURGE Juliette (Bouillie)
LE
BUF Armelle
LEBARS Thérèse (Lebars)
LEFEVRE LéoneLEGUICHER Jeanne
LEGUICHER Simone (Villard)
LEHUENEN Augusta
Lire la suite

1763 – 1778 : Gouverneurs

  1. 10 février 1763 – 1778 François-Gabriel d’Angeac ( 1709 – ….)
  2. 1773 – 1778 Charles-Gabriel-Sébastien, ( 1725 – 1791) baron de l’Espérance

François-Gabriel Dangeac . Né en 1708, fils de Gabriel Dangeac (mort en 1737 à l’Ile Royale). Capitaine dans les troupes de l’Ile Royale. Gouverneur des îles Saint-Pierre et Miquelon de 1763 à 1773. Il se rend d’abord à Rochefort pour y lever la compagnie de 50 hommes. Il s’embarque à Brest avec ses hommes pour Saint-Pierre sur la flûte La Garonne. Il arrive dans les îles le 15 juin 1763. Il reçoit des ordres du roi, deux instructions …

Lire la suite

1936 : L’encyclopédie Coloniale et Maritime

L’encyclopédie Coloniale et Maritime

CHAPITRE V
Les Iles Saint-Pierre et Miquelon

S’il est loin d’être démontré que les Français furent les découvreurs de Terre-Neuve, il est en revanche certain que dès le début du XVIe siècle nos pêcheurs français ont fréquenté ces parages. Et quand Jacques Cartier, en 1535, reconnut les îles Saint-Pierre, il y trouva plusieurs navires  » tant de France que de Bretagne ». Vers 1604, nos pêcheurs fondèrent leurs premiers établissements sédentaires. Si la cession de Terre-Neuve à l’Angleterre par le traité d’Utrecht (1713) entraîna pour nous la perte de Saint-Pierre et Miquelon, le traité, de Paris …

Lire la suite

1868 – Les Colonies Françaises

Les Colonies Françaises

(Extraits)

Par J. Rambosson 1868

Amérique – Première Partie – Saint-Pierre et Miquelon

Chapitre Premier – Historique

La découverte de Terre-neuve et de ses parages est revendiquée par les Danois, les Norwégiens et les Basques. Il est assez difficile de se prononcer à cet égard.

Ce qui est positif, c’est que Cabot y aborda en 1497, et que, dès 1504, les Bretons et les Normands venaient pêcher dans les eaux de Terre-Neuve où la morue était abondante. Toutefois, c’est vers 1604 seulement que les premiers établissements français y furent fondés par les pêcheurs.

En 1710, Terre-Neuve avait …

Lire la suite

179x – François René de Chateaubriand, Génie du Christianisme

Chapitre VIII –

OISEAUX DE MERS; COMMENT UTILES A L’HOMME

QUE LES MIGRATIONS DES OISEAUX SERVAIENT DE CALENDRIER AUX LABOUREURS DANS LES ANCIENS JOURS

Les oies, les sarcelles, les canards, étant de race domestique, habitent partout où il peut y avoir des hommes. Les navigateurs ont trouvé des bataillons innombrables de ces oiseux jusque sous le pôle antarctique et sur les côtes de la Nouvelle-Zélande. Nous en avons rencontré nous-mêmes des milliers depuis le golfe Saint-laurent jusqu’à la pointe de l’isthme de Floride. Nous vîmes un jour aux Açores une compagnie de sarcelles bleues, que la lassitude contraignit de s’abattre …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.