1764 – Jacques Nicolas Bellin de Trigand

Jacques Nicolas Bellin de Trigand et l’ingénieur Fortin

« Il me paroist que la moindre négligence dans la recherche des moyens est plus à craindre et seroist plus blâmable, que ne le seroit la Collection, même inutile, des différentes preuves ou Inductions » J.N. Bellin

1763-bellinatlasmaritime

La toponymie des cartes de Fortin-Bellin de 1764 et de 1782 est quasiment identique. Sur Saint-Pierre un nombre non négligeable de toponymes d’origine anglaise, traduits en français[i], sont repris et accompagnent une toponymie plus ancienne[ii]. Il suffit de rapprocher la carte de 1763 de Saint-Pierre et Miquelon avec celle de James …

Lire la suite

L’histoire du Grand Colombier

Depuis quelques mois, chasseurs et naturalistes s’opposent sur un projet de réserve naturelle autour de ce grand îlot escarpé. Si le Grand Colombier est aujourd’hui un véritable sanctuaire avec son propre écosystème ainsi qu’un lieu de grande liberté, qu’en est-il de son histoire ?

De fait, le nom Colombier est l’un des plus anciens de l’archipel, plus vieux que ce que nous savons du nom même de Miquelon ! « Et du cap de Ratz jusques aux isles de sainct Pierre y a quarente lieues. Et si vous voullez aller par le destroict des Bretons, passerez a bort du Coulombier

Lire la suite

Les pionniers de la photographie à Saint-Pierre et Miquelon

Beaucoup de gens de l’archipel se passionnent pour les vieilles photos et cartes postales de l’archipel. Roger Etcheberry, qui a largement fourni la bibliothèque du Grand Colombier, a proposé à Patrick Dérible de retaper intégralement son Livre « Les pionniers de la photographie à Saint-Pierre et Miquelon » et d’en faire un fichier téléchargeable. C’est désormais chose faite, un grand merci à Patrick Dérible et Roger Etcheberry pour ce précieux document.…

Lire la suite

2004 : Petit historique des rues de Miquelon

Deux rues dominèrent la majeure partie de la vie du village de Miquelon depuis le milieu du 18ème siècle. On les connaissait surtout sous le nom de « Grande rue » et de « Petite rue » et même parfois de « Grand Chemin » et « Petit Chemin » ! … Cependant, la rue St-Pierre et la ruelle Charlotte portaient leur nom, pour la première tout au moins depuis le début du 20ème siècle. Lire la suite …

Lire la suite

1936 : L’encyclopédie Coloniale et Maritime

L’encyclopédie Coloniale et Maritime

CHAPITRE V
Les Iles Saint-Pierre et Miquelon

S’il est loin d’être démontré que les Français furent les découvreurs de Terre-Neuve, il est en revanche certain que dès le début du XVIe siècle nos pêcheurs français ont fréquenté ces parages. Et quand Jacques Cartier, en 1535, reconnut les îles Saint-Pierre, il y trouva plusieurs navires  » tant de France que de Bretagne ». Vers 1604, nos pêcheurs fondèrent leurs premiers établissements sédentaires. Si la cession de Terre-Neuve à l’Angleterre par le traité d’Utrecht (1713) entraîna pour nous la perte de Saint-Pierre et Miquelon, le traité, de Paris …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.