1935 – Un monstre marin à Terre-Neuve

UN MONSTRE MARIN A TERRE-NEUVE ?
L’Ouest-Éclair, 1935-11-08

LONDRES. 7 novembre. Les pécheurs de la Colonie française de Saint-Pierre de Terre-Neuve, signalent un étrange monstre marin, lequel attaque leurs bateaux et qui aurait laissé deux dents plantées dans la carène d’une embarcation. Des patrouilles de police envoyées dans les parages des pêcheries. Armées de fusils, n’ont rien trouvé. Selon le Times, les deux dents laissées par le mystérieux animal dans le bois du bateau ont été envoyées à Paris aux fins de classification.…

Lire la suite

1784 – Baron de l’Espérance

Fragment de l’Isle de St Pierre Pour servir au projet des Ouvrages proposes Pour sa Défense et pour celle de la Rade. 1784. Sc 91 463. Une carte, généralement attribuée au baron de l’Espérance, représente une zone un peu plus grande que la carte précédente. Levée en 1784, cette carte est un projet de fortifications assez ambitieux que le baron communiqua à Versailles.

Toponymes relevés sur la carte de 1784

  • Le pain de Sucre : Pain de Sucre.
  • Plaine Marécageuse
  • St Pierre : Saint-Pierre
  • Montagne du Calvaire : le Calvaire
  • Pointe du Cimetiere : Pointe aux Canons
  • la Vache :
Lire la suite

1721 – William Taverner

En 1721, à Londres, apparaît la première carte imprimée de Saint-Pierre. Il s’agit d’une petite carte publiée dans l’English Pilot, un manuel de navigation en langue anglaise. L’auteur, William Taverner, capitaine Terre-Neuvien leva cette carte en 1714

  • Ifland of St Peters : Saint-Pierre.
  • St Peters : Petit Saint-Pierre.
  • Doggs I : Ile aux Marins, ancienne Ile aux Chiens
  • Columba I : Grand Colombier.

1721-williamtaverner

Lire la suite

1693-1695 – Jacques l’Hermitte

1693-1695 – Jacques l’Hermitte CARTE D’UNE PARTIE DE lisle de st pierre

Voir cette carte sur le site Gallica.BNF.fr

169x-hermitte

Compilations toponymiques de la carte de L’Hermitte.

  • pointe de Lizardy : pointe Blanche.
  • pointe de haquet : le Cap Noir, emplacement de la grave et de l’habitation de Monsieur de la Hoguerie.
  • p. de beller : emplacement de l’habitation de Simon de Belleorme.
  • Isle du sud (siud, sued?) : Rocher à Bertrand.
  • Barachois : Barachois de Saint-Pierre.
  • p. de la chapelle : Pointe aux Canons.
  • Isle du haure : Ile au Massacre.
  • Cap alaigle : Cap à l’Aigle.
  • Isle delentre :
Lire la suite

1662 – Assemblée générale d’armateurs malouins

En 1662, le premier document faisant état d’une quelconque microtoponymie locale est une liste des havres de pêche de la côte du Chapeau Rouge établie lors d’une assemblée générale des armateurs malouins[a]. Le règlement ainsi formulé fut entériné par le Parlement de Bretagne.

  • Galay : graves de galets. De l’ancien français, Gal[i].
  • Barachoua : Barachois. Terme d’origine basque.
  • isle aux Groiseilles[ii] (Grouesilles[iii]) : Ile aux Marins. Du patois normand groiselle, groseille à maquereau[iv]. Confusion possible entre les groseilles à maquereau et la plate bière, les framboises ou une autre baie
Lire la suite

1936 : La Nature, Les oeuvres de mer, l’assistance aux pêcheurs de Terre-Neuve

On ne connaît pas assez en France l’admirable travail accompli par la Société des oeuvres de mer depuis l’an 1894 où elle fut fondée par le Vice–Amiral Lafond avec l’objet défini par l’article 1 de ses statuts : Porter des
secours, matériels médicaux, moraux et religieux aux marins français et des autres nationalités. Lire la suite …

Lire la suite

1973 : Un village français en déshérence au large de Terre-Neuve.

Un village français en déshérence au large de Terre-Neuve.
« Le Monde » n° 8889, 12 et 13 août 1973, p. 8.
Un détachement de marins, débarqué de l’escorteur rapide Bourguignon, présente les armes, tandis que retentissent les notes graves de la sonnerie aux morts. Les drapeaux des anciens combattants s’inclinent lentement vers le sol. Face au monument de granit sur lequel s’inscrivent les noms des Miquelonnais tués au cours des deux guerres mondiales dans des combats dont le visiteur de passage se demande s’ils étaient vraiment les leurs, un petit groupe de personnalités observe une minute de silence. Banale …

Lire la suite

1947 : Photo-Journal de Montréal

La vie est rude, mais l’accueil est bon à l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon.
Par Godfroy Marin.

L’ARCHIPEL se compose principalement de trois îles : Saint-Pierre, Miquelon et l’île aux
Marins, donnant une superficie de quelques 90 milles carrés, et réunissant une population
d’environ 4.500 habitants. C’est le dernier bastion du vaste empire français d’Amérique.
Longtemps réputé pour ses activités de contrebande, Saint-Pierre n’a plus que de nombreux
hangars déserts comme vestiges de l’époque lucrative du bootlegging. Aujourd’hui, les
occupations des Saint-Pierrais et des Miquelonnais, descendants de Basques et de Normands se
limitent surtout à la pêche, le commerce, la …

Lire la suite

15xx : Histoire basque des îles Saint-Pierre et Miquelon

De quand date la présence basque à Terre-Neuve ?

En dehors de toute légende, nous pouvons affirmer que la présence basque dans les alentours de Terre-Neuve remonte jusqu’aux années 1530 (1), voire 1517 (2). Toute présence basque précédant ces dates n’est pas encore confirmée par les études archéologiques, paléographiques ou cartographiques. En ce qui concerne les îles Saint-Pierre et Miquelon, Jacques Cartier ne mentionne pas de pêcheurs basques dans les îles, mais seulement des marins et navires "tant de France que de Bretaigne". En 1541, Alonzo de Santa Cruz ne fait mention que de pêcheurs irlandais et bretons aux îles …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.