1923 – POURQUOI M. SARRAUT est parti visiter Saint-Pierre et Miquelon

Quand M. Albert Sarraut arrivera à Saint-Pierre, il ne trouvera pas dans son port les navires qui, de Saint-Malo, de Paimpol, de Saint-Brieuc, de Granville, de Dieppe, de Boulogne, de Fécamp, y viennent, dans la belle saison, se rendant sur le banc de Terre-Neuve, pour pêcher la morue. Le port de Saint-Pierre, en effet, sera gelé et le courrier Pro Patria, qui y conduira le ministre, aura bien du mal à se frayer un chemin à travers les glaces accumulées, pour accoster.

Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1923 : NOS MORUTIERS SUR LES BANCS DE TERRE-NEUVE

Partis vers le milieu de mars dernier, les navires français qui font chaque année la pêche de la morue sur les Bancs de Terre-Neuve – parmi les grandes industries de la mer, aucune n’a plus d’importance que celle-là – sont à leurs postes de mouillage dans les brumes de l’Atlantique septentrional, au sud du groupe formé par la grande île anglaise et nos minuscules possessions de Saint-Pierre et Miquelon. Ils y vont depuis des siècles. Il nous a paru intéressant d’examiner quelles sont les conditions actuelles de la pêche de la morue à Terre-Neuve et de voir en quoi elles …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.