Cartographie et toponymie : les cartes anonymes du XVIIe

Les cartes anonymes du XVIIe

C’est à la fin du XVIIe que l’on verra apparaître les premières cartes exclusives de Saint-Pierre. Elles sont nées lors de la période la plus mouvementée de la colonie de Plaisance soit moins de vingt ans avant son abandon définitif. Terre-Neuve et ses bancs de pêche sont alors l’objet de convoitises grandissantes entre l’Angleterre et la France, les petits conflits ne cessent alors de troubler les campagnes de pêche.

Nous entamerons l’étude des cartes particulières de Saint-Pierre et Miquelon par l’examen de deux documents anonymes du XVIIe siècle, sauvés de l’oubli grâce aux soins de …

Lire la suite

Cartographie et toponymie : les documents et cartes du XVIIe

Les documents et cartes du XVIIe

Mason, Denis de Rotis, Chaviteau, Le Cordier, Franquelin, Alemand…

Plusieurs autres éléments méritent encore d’être étudiés avant de procéder à l’étude de la cartographie particulière des îles qui ne débute d’ailleurs qu’assez tardivement et ce vers 1695, soit un peu moins de 30 ans après l’inauguration de l’Académie Royale des Sciences par Louis XIV. Il est donc nécessaire d’ausculter quelques cartes régionales afin d’établir un lien entre l’époque de la découverte et celle de l’administration coloniale de Terre-Neuve.

Dans cette perspective, il n’est pas inutile de faire le portrait général des établissements de pêche …

Lire la suite

Cartographie et toponymie : le déclin de la présence basque

Le déclin de la présence basque

Outre la publication du routier d’Hoyarçabal, et la traduction labourdine de Detcheverry, il existe peu de documents sur la toponymie basque de l’archipel. A part la carte régionale de Detcheverry et de Joannis de Hiribarren, aucune carte particulière des îles ne fut dressée par les Basques ; une partie leur toponymie restera donc dans les oubliettes de l’histoire. Les cartes des Malouins et Granvillais, puis des ingénieurs français comme Lhermitte ne reprendront que quelques rares toponymes basques que nous étudierons plus loin.

Quelles sont les raisons de ce déclin de la présence basque ? …

Lire la suite

Cartographie et toponymie : Martin de Hoyarçabal (1579)

Martin de Hoyarçabal

Avant la prise de possession officielle de Terre-Neuve et l’établissement d’un gouverneur à Plaisance les nombreux havres de l’île sont utilisés de façon saisonnière par les pêcheurs de diverses régions européennes. En conséquence l’importance de la pêche morutière imposera la nécessité de mieux connaître la géographie de cette vaste région de l’Amérique.

Aucune recherche toponymique ne peut se cantonner aux strictes limites de la cartographie. De même aucune carte ne peut faire l’objet d’une étude sérieuse sans l’apport des archives, des écrits et plus particulièrement des routiers et pilotes maritimes. Toutefois la disette des archives est telle …

Lire la suite

Cartographie et toponymie : introduction

Introduction

Au-delà des mers d’Europe, se trouve un vaste plateau continental submergé à quelques centaines de mètres seulement au-dessous du niveau de la mer. Au nord-ouest de ce plateau ou Grands Bancs, se trouve l’île de Terre-Neuve avec ses centaines de havres, baies et péninsules. Dès la fin du XVIe siècle les pêcheurs d’Europe occidentale se ruèrent vers les côtes et rivages de l’île pour y établir leurs établissements de pêche. C’est en outre le long de la côte méridionale de Terre-Neuve que s’étaient installés les pêcheurs des ports occidentaux de la France depuis Plaisance jusqu’à la Côte du Chapeau …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.