Saint Pierre et Miquelon : musée géologique naturel

« Notre court séjour aux îles nous a permis de comprendre pourquoi, déjà en 1948,  AUBERT dE LA RUE avait parlé d’un ‘musée géologique naturel’. C’est vrai aussi pour le Quaternaire. Dans une compression impressionnante de l’espace on y trouve un véritable laboratoire miniature »

Voir :

Merci à Roger Etcheberry pour la transcription de ces précieux textes. Merci à Jacques Nougier pour sa contribution.…

Lire la suite

2004 : Petit historique des rues de Miquelon

Deux rues dominèrent la majeure partie de la vie du village de Miquelon depuis le milieu du 18ème siècle. On les connaissait surtout sous le nom de « Grande rue » et de « Petite rue » et même parfois de « Grand Chemin » et « Petit Chemin » ! … Cependant, la rue St-Pierre et la ruelle Charlotte portaient leur nom, pour la première tout au moins depuis le début du 20ème siècle. Lire la suite …

Lire la suite

1938 : Un meurtre à l’île-aux-Chiens (5)

Le récit d’Emile Sasco :
Un meurtre à l’île-aux-Chiens.
Saint-Pierre, le 19 février 1938.

Affaire Néel Auguste & Ollivier Louis.
Un meurtre à l’île-aux-Chiens.

Et nous voilà enfin au matin de l’exécution.

Un soleil radieux, après trois semaines de brume intense va éclairer la scène tragique. La plus grande partie de la population est sur pied.…

Lire la suite

1944 : Saint-Pierre et Miquelon, E. Aubert de la Rüe

Les îles Saint–Pierre et Miquelon ne forment qu’un point sur la carte et cependant leur nom est familier à beaucoup de gens. En les plaçant pendant quelques instants sur le plan de l’actualité, les évènements politiques qui s’y déroulèrent en décembre 1941 leur firent une large publicité. Elles n’avaient néanmoins pas attendu ce moment pour acquérir une certaine renommée. Leur nom évoque pour les uns les brumes et les houles des Bancs de Terre–Neuve, la pêche et l’odeur de la morue, pour les autres, le souvenir de flots de whiskys, de champagnes et de liqueurs à l’époque où Saint–Pierre était …

Lire la suite

1951 : Recherches Géologiques et Minières, E. Aubert de la Rüe

La géologie de ce territoire minuscule est demeurée longtemps très mal connue, d’où l’on concluait
prématurément qu’elle était fort simple. C’est là l’opinion que l’on trouve encore dans la plupart des
publications consacrées à ces îles.
Plusieurs campagnes de recherches, espacées de 1932 à 1941, complétées par une récente reconnaissance
en 1948, m’ont permis d’entreprendre l’étude détaillée de la géologie de Saint-Pierre et Miquelon,
de leur structure et de leur morphologie, tout en dressant l’inventaire de leurs ressources minérales. Ces
recherches m’ont conduit à établir, en 1932, une première esquisse de l’archipel et finalement la carte
géologique du territoire, à …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.