1937 SAINT-PIERRE ET MIQUELON (des origines à 1778)

SAINT-PIERRE ET MIQUELON (des origines à 1778), H. BOURDE DE LA ROGERIE

Les îles de Saint-Pierre et Miquelon sont les derniers vestiges des colonies que la France
posséda jadis dans l’Amérique du Nord. Ces îles sont petites et elles sont pauvres ; la superficie de
Saint-Pierre est d’environ 2.500 hectares et celle de Miquelon de 21.500. Dans les mers de France
existent des îles moins étendues – Belle-Isle n’a que 8.461 hectares et Jersey 11.600 – et qui sont
cependant riches et peuplées. Mais à Saint-Pierre et Miquelon, le ciel est pendant de longs jours voilé
par la brume, le …

Lire la suite

1947 : Photo-Journal de Montréal

La vie est rude, mais l’accueil est bon à l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon.
Par Godfroy Marin.

L’ARCHIPEL se compose principalement de trois îles : Saint-Pierre, Miquelon et l’île aux
Marins, donnant une superficie de quelques 90 milles carrés, et réunissant une population
d’environ 4.500 habitants. C’est le dernier bastion du vaste empire français d’Amérique.
Longtemps réputé pour ses activités de contrebande, Saint-Pierre n’a plus que de nombreux
hangars déserts comme vestiges de l’époque lucrative du bootlegging. Aujourd’hui, les
occupations des Saint-Pierrais et des Miquelonnais, descendants de Basques et de Normands se
limitent surtout à la pêche, le commerce, la …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.