1935 – Un monstre marin à Terre-Neuve

UN MONSTRE MARIN A TERRE-NEUVE ?
L’Ouest-Éclair, 1935-11-08

LONDRES. 7 novembre. Les pécheurs de la Colonie française de Saint-Pierre de Terre-Neuve, signalent un étrange monstre marin, lequel attaque leurs bateaux et qui aurait laissé deux dents plantées dans la carène d’une embarcation. Des patrouilles de police envoyées dans les parages des pêcheries. Armées de fusils, n’ont rien trouvé. Selon le Times, les deux dents laissées par le mystérieux animal dans le bois du bateau ont été envoyées à Paris aux fins de classification.…

Lire la suite

1903 – L’église Saint-Pierre de Terre-Neuve.

La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1903-06-28

Mgr Légasse, Préfet Apostolique de Saint-Pierre et Miquelon, a fait une conférence à Saint-Philippe au Roule dimanche dernier pour la reconstruction de l’unique église de Saint-Pierre (Terre-Neuve).

Nous appelons encore l’attention des personnes généreuses sur ce peuple croyant de Saint-Pierre qui pleure depuis le longs mois sur les ruines de son unique église, et dont la détresse est d’autant plus digne de pitié qu’il est pauvre et bien loin de la mère-patrie. Un acte déchanté aussi généreux que possible s’impose pour donner à ces vaillants Terre-Neuviens la part d’idéal qu’ils réclament. La …

Lire la suite

1891 – Voyage à Terre-Neuve par J. Thoulet

UN VOYAGE A TERRE – NEUVE
PAR J. THOULET
PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES SCIENCES DE NANCY
CHARGÉ D’UNE MISSION DU MINISTRE DE L’INSTRUCTION PUBLIQUE

LES ILES SAINT-PIERRE ET MIQUELON
Une sensation charmante est celle que l’on ressent en arrivant un beau matin et un matin beau, seul, tranquille, sans soucis, les mains dans les poches, pour la première fois dans une ville. Nul objet ne rappelle de souvenir triste, vous n’éprouvez aucune préoccupation, rien qu’un régal de nouveauté pour les yeux et pour l’esprit ; tout est imprévu, à chaque pas le spectacle est nouveau, c’est le plaisir qu’apporte …

Lire la suite

1506 – 1513 (?) Louis XII rencontre des autochtones de Terre-Neuve

Pendant que le roi [Louis XII ] séjournait à Bourges , on lui amena de Rouen un sauvage de l’Amérique du Nord, le premier qu’on eût vu en France depuis la découverte de Christophe Colomb : cet homme, qui fut montré en spectacle à la cour, avait été trouvé par des pêcheurs sur les côtes d’Angleterre, dans une pirogue d’écorce légère où il naviguait avec six autres compagnons, lorsqu’une tempête les avait écartés de leur pays : ces derniers moururent peu de jours après leur arrivée à Rouen, soit à cause du changement de climat , soit par suite des …

Lire la suite

1722 – François-Xavier de Charlevoix

François-Xavier de Charlevoix,  1722
Journal d’un voyage fait par ordre du roi dans l’Amérique septentrionale

Des Isles de Saint Pierre

Ce soit trois Isles, dont les deux Premieres sont fort hautes. & du côté, où nous étions, il ne paroissoit que des Montagnes couvertes de mousse. On prétend que cette mousse couvre en quelques endroits de très-beau Porphyre. Du côté de Terre-neuve il y a quelques Terres labourables, & un assez bon Port, où nous avons eu quelques Habitations. La plus grande & la plus Occidentale des trois, qu’on appelle plus communément l’Isle Maguelon, n’est pas si haute que les …

Lire la suite

1903 – Terre-Neuve et les grands bancs de pêche

La cérémonie du « Pardon de retour des Terre-Neuvas » qui, comme chaque année, vient de se dérouler sur les jetées du port de Paimpol et les rentrées successives actuelles de nos goélettes de pêche dans leurs ports d’armement, ramènent de nouveau l’attention sur cette grande question des pêcheries de Terre-Neuve et du « French Shore », dont l’abandon récemment préconisé par quelques-uns, aurait pour résultat la ruine de nombreuses populations de Normandie et de Bretagne. Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1905 – La pêche à la morue – Le globe trotteur

Il me souvient, lors d’une de mes traversées de l’Atlantique, avoir vu, au moment où le paquebot passait les bancs de Terre-Neuve, quelques naïfs chercher ces bancs du bout de leur lorgnette !! … A peine en passant à cet endroit a-t-on la sensation du tangage et de la brume, et les cris prolongés et lugubres de la sirène déchirant les airs donnent quelque émotion, rappelant le danger, les naufrages et les deuils. Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1889 – Les îles Saint-Pierre et Miquelon par Maurice Nielly

Situées à 10 milles de la côte S. de Terre-Neuve, les îles Saint-Pierre et Miquelon ont été cédées à la France par le traité de Versailles en 1763 pour servir d’abri aux pêcheurs français, à la condition que la France ne pourrait les fortifier, qu’elle n’y aurait que des bâtiments civils pour la commodité de la pêche, et seulement une garde de 50 hommes pour la police. En 1778 les Anglais détruisirent les établissements français et s’emparèrent de la garde civile ; mais ils les rendirent en 1783 … Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1956 – Sciences et Voyages n° 131, Novembre

A 20 kilomètres au large de la côte sud de Terre-Neuve, un groupe de petites îles balayées par le vent de l’Atlantique accroche dans l’Océan ses contreforts de granit sous le martèlement des vagues. Là vivent quelque 5 000 descendants des premiers immigrants, Bretons, Normands, Basques, qui colonisèrent le pays au XVIIe siècle. Lors des guerres que se livrèrent au siècle suivant Français et Anglais pour la domination du nouveau monde, Saint-Pierre et Miquelon changèrent plusieurs fois de main. C’est par le traité de Paris, en 1814, que la France s’en assura la possession définitive.

Lire la suite [pdf]

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.