1904 – MISÈRES DE TERRE-NEUVE

Actualité, puisque deux capitaines, un patron et son second, viennent de passer devant la justice pour avoir causé la mort de deux hommes.
Eh bien, quoi qu’il en soit de ce fait particulier, il est bon de le dire, dans l’intérêt de notre avenir maritime et dans celui des armateurs, qui, pour le grand nombre, sont d’honnêtes gens : de tels faits ne sont pas rares, et il sied d’examiner sérieusement la question.
Nul n’ignore, qui a tant soit peu fréquenté les navires morutiers, le déplorable manque d’hygiène, et souvent même la dangereuse saleté qui caractérisent beaucoup de nos bateaux …

Lire la suite

1935 – AVEC LES PÊCHEURS DE TERRE-NEUVE

AVEC LES PÊCHEURS DE TERRE-NEUVE, R. P. YVON, Capucin
Ancien Aumônier des Terreneuvas Avec
LES PÊCHEURS DE TERRE-NEUVE ET DU GROENLAND
Ouvrage couronné par l’Académie Française et la Société Nationale d’Encouragement au Bien

Les oeuvres de Mer M’ont fait l’honneur immérité de me demander de présenter au public le Journal de Bord du R. P. Yvon. Les épreuves m’ont été communiquées. L’indulgent Aumônier des Bancs me pardonnera ma franchise : navigateur « occasionnel » des régions septentrionales, j’ai cru pouvoir me contenter de parcourir ces placards et j’ai feuilleté les premières pages ; mais, bien vite j’ai fait machine arrière …

Lire la suite

1906 : L’alcoolisme chez nos pêcheurs de haute mer

Le fléau de l’alcoolisme sévit de longue date chez nos pêcheurs de Terre-Neuve et d’Islande : mais les ravages ont pris parmi eux, depuis quelques années, une si regrettable importance, qu’ils ont appelé l’attention publique et semblent à la veille d’exiger une intervention officielle des pouvoirs compétents.

Lire la suite

1936 : La Nature, Les oeuvres de mer, l’assistance aux pêcheurs de Terre-Neuve

On ne connaît pas assez en France l’admirable travail accompli par la Société des oeuvres de mer depuis l’an 1894 où elle fut fondée par le Vice–Amiral Lafond avec l’objet défini par l’article 1 de ses statuts : Porter des
secours, matériels médicaux, moraux et religieux aux marins français et des autres nationalités. Lire la suite …

Lire la suite

« L’AVENTURE » ET SES TERRE-NEUVAS

Le 3 avril, l’Aventure appareille de Brest pour les bancs de Terre-Neuve. Les réparations ont
commencé plus tard que d’habitude et la date de départ a dû être reportée.
Il importe de tenir cette date. Par malchance, l’arsenal se met en grève, entraîné, à trois semaines de la fin des travaux, par un mouvement général dans le pays. Ce mouvement pourrait être un désastre, mais la grève a pour le bâtiment une conséquence aussi heureuse qu’inattendue : dès que l’agitation s’étend aux services publics, il est de tradition de rappeler les militaires en permission et de les consigner dans leurs …

Lire la suite

1497 – 1579 : Toponymie ancienne et origine des noms Saint-Pierre, Miquelon et Langlade

Si nous ne devions retenir qu’un élément de l’histoire des îles Saint-Pierre et Miquelon, ce serait la rivalité franco-anglaise. Ce conflit quasi permanent dont la phase la plus violente dura plus de deux siècles a eu pour effet une riche documentation historique et une activité cartographique intense. Cependant, nous  connaissons à présent peu de choses sur l’histoire plus ancienne du territoire, c’est-à-dire avant l’établissement d’une population sédentaire . Or cette période mérite que l’on s’y penche de nouveau afin d’y extraire toutes les données qu’il est encore possible d’en tirer. Lire la suite …

Lire la suite

193x : Georges Nestler Tricoche

Georges Nestler Tricoche
Terre-Neuve et alentours
Editions Pierre Roger – 193?
A SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON

CHAPITRE XIV

Saint-Pierre comme le voit le touriste

En parlant de Terre-Neuve, nous avons fait remarquer qu’il se commet constamment des erreurs sous le rapport de la situation de cette île, que nombre de gens, même dans l’Amérique du Nord, considèrent comme faisant partie du Canada. Nous avons été encore plus surpris de constater que, pour bien des Français de la métropole, le status géographique de Saint-Pierre-et-Miquelon est tout aussi nuageux. Fréquemment, des lettres, des colis destinés à cette colonie y arrivent adressés : Saint-Pierre, Saint-Pierre-et-Miquelon (Martinique), …

Lire la suite

1944 : Émile de Curton, Les îles St. Pierre et Miquelon

Des immenses territoires d’Amérique du Nord que la France ouvrit à la civilisation durant les XVIe et XVIIe siècles grâce à ses explorateurs et à ses courageux colons, seul reste aujourd’hui en sa possession le Territoire de Saint-Pierre et Miquelon, petit archipel situé par 46° de latitude nord et 56° de longitude ouest, à quelques lieues des côtes sud de Terre-Neuve, à deux mille milles des ports atlantiques de la métropole.
Cet archipel minuscule comprend huit îlots rocheux dont la superficie totale, vingt-trois mille hectares, est à peine supérieure à celle du plus petit département français. Lire la suite …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.