1923 – Sciences et voyages – Saint-Pierre-et-Miquelon, métropoles de la morue

Un semblable destin a voulu que, des pays qui constituèrent nos plus vastes colonies, nous n’ayons gardé que de minuscules enclaves. De l’Inde, il ne nous reste que quelques comptoirs. De notre immense empire nord-américain, qui, à travers le Canada et la Louisiane, s’étendait du Cercle arctique au golfe du Mexique, nous n’avons conservé que Saint-Pierre et Miquelon. Ce sont deux minuscules îlots que le néfaste traité de Paris, en 1763, nous laissa, pour, stipule ledit traité, « servir d’abri à nos pêcheurs ». Lire la suite [pdf]

Lire la suite

1905 – La pêche à la morue – Le globe trotteur

Il me souvient, lors d’une de mes traversées de l’Atlantique, avoir vu, au moment où le paquebot passait les bancs de Terre-Neuve, quelques naïfs chercher ces bancs du bout de leur lorgnette !! … A peine en passant à cet endroit a-t-on la sensation du tangage et de la brume, et les cris prolongés et lugubres de la sirène déchirant les airs donnent quelque émotion, rappelant le danger, les naufrages et les deuils. Lire la suite [pdf]

Lire la suite

190x – A travers les Colonies françaises

A travers les Colonies françaises – On ne sait pas encore d’une manière bien certaine quels furent les premiers navigateurs qui fréquentèrent les parages de l’île de Terre-Neuve. Les hommes du nord de l’Europe (Northmen), habitants du Danemark et de la Norvège, paraissent avoir connu cette île dès le XIe siècle. Les Basques français réclament l’honneur d’y être venus, dans le courant du XIVe siècle, près de deux cents ans avant les voyages des Cabot (1497) et de Verazzani (1527. Quoi qu’il en soit, il est certain que, dès l’année 1504, les Bretons et les Normands venaient pêcher dans les …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.