Éditorial : « La Morue Avariée »

humanite-presseNous vous présentons ci-dessous l’éditorial à charge d’Ernest Lafont, député de la Loire, élu du parti socialiste.

Éditorial : « La Morue Avariée »
L’Humanité,
1915/11/12 (Numéro 4226)

Triste fin, bien inattendue, de trois jours de passionnants débats. La Morue française, qui restera pour tous, désormais, la Morue avariée, échappe aux sanctions pénales par un acquittement à la minorité de faveur.

Le dossier judiciaire et les débats publics ont pourtant confirmé avec éclat la gravité des agissements coupables qu’avaient déjà révélés les enquêtes administratives minutieuses et loyales des contrôleurs de l’armée.…

Lire la suite

L’Affaire de la Morue Française – Troisième partie

humanite-presseNous vous présentons donc ici les rapports d’audience du troisième et dernier jour du 3e conseil de guerre tels que rapportés par l’Humanité. Deux inculpés, Louis Légasse et Charles Le Borgne furent accusés d’avoir fourni à l’état de la morue avariée et d’avoir fait usage de substances chimiques dangereuses comme l’acide borique.

Lire la suite

L’Affaire de la Morue Française – Deuxième partie

humanite-presseNous vous présentons donc ici les rapports d’audience du deuxième jour du 3e conseil de guerre tels que rapportés par l’Humanité. Deux inculpés, Louis Légasse et Charles Le Borgne furent accusés d’avoir fourni à l’état de la morue avariée et d’avoir fait usage de substances chimiques dangereuses comme l’acide borique.

Lire la suite

L’Affaire de la Morue Française – Première partie

humanite-presseC’est en 1915, alors que la première guerre mondiale bat son plein, qu’éclata au grand jour l’affaire dite de la Morue Française. Une commission de 44 députés examina plusieurs contrats militaires et l’un des plus décriés fut le contrat signé par un certain Joseph Thierry, sous-secrétaire d’état au ravitaillement auprès de la Morue Française, entreprise dont il était aussi un des anciens administrateurs. Joseph Thierry fut accusé de favoritisme, le prix payé étant supérieur à celui du marché, mais pis encore la Morue Française dut se défendre d’avoir livré du poisson avarié aux troupes. C’est ce qu’on nomma à l’époque …

Lire la suite

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.