Cartographie et toponymie : Le baron de l’Espérance

Charles Gabriel Sébastien Sivert, baron de l’Espérance, officier des armées suisses, fut nommé Capitaine et commandant de la compagnie d’infanterie des îles Saint-Pierre et Miquelon. Il exerça d’abord son commandement sur l’île Miquelon, puis en 1773, il fut nommé gouverneur lors du départ de Dangeac. Il fit parvenir à la Cour beaucoup de renseignements sur l’histoire de la Révolution américaine qu’il obtenait grâce aux échanges importants entre la colonie et la Nouvelle-Angleterre. L’archipel fut d’ailleurs alors soupçonné d’être un haut lieu de la contrebande d’armes pour la Nouvelle-Angleterre. Il organisa la défense de la colonie en 1778, avec 6 canons sans affûts, 50 soldats et 200 habitants. En septembre 1778 une escadre anglaise de 5 bâtiments l’obligea à capituler. Il quitta l’île et se rendit à Lorient en octobre-novembre de la même année. Il reprit le commandement de la colonie lors de la reprise de 1783.

Le baron de l’Espérance fit parvenir un plan très précis du port de Saint-Pierre daté de 1783 qui comporte un découpage cadastral de Saint-Pierre et de l’Ile aux Marins. En lisant les registres qui y sont inclus, il est clair que les noms des nouveaux habitants de l’archipel n’ont plus rien à voir avec ceux établis avant le traité d’Utrecht. Les noms de Belleorme, Hoguerie, Lizardie ont désormais cédé la place aux Ravenel, Bertrand.

Toponymes relevés sur la carte de 1783

  • Barachois : le Barachois
  • Partie du Port : la Rade
  • Ile du Massacre : Ile au Massacre
  • Ile aux Moules : Ile aux Moules
  • Pte du Cimetiere : Pointe aux Canons
  • Pte du S. E. : la Pointe
  • Partie du Large : au large de la Passe du sud est
  • Ile aux Chiens : Ile aux Marins
  • Ile aux Bours : Ile aux Vainqueurs
  • Les deux Canailles : les Canailles
  • Ile aux Pigeons : Ile aux Pigeons.

Fragment de l’Isle de St Pierre Pour servir au projet des Ouvrages proposes Pour sa Défense et pour celle de la Rade. 1784. Sc 91 463. Bibliothèque Nationale.

lesperance

Une autre carte, généralement attribuée au baron de l’Espérance, représente une zone un peu plus grande que la carte précédente. Levée en 1784, cette carte est un projet de fortifications assez ambitieux que le baron communiqua à Versailles. L’optimisme du baron eut une conséquence assez inattendue : dès le mois d’août le roi envoya trois techniciens pour afin de déterminer le potentiel militaire réel de Saint-Pierre. Un de ces hommes, lieutenant du Génie n’était nul autre que le chevalier de Kervegan, responsable de la levée des cartes de Saint-Pierre et Miquelon-Langlade.

Toponymes relevés sur la carte de 1784

  • Le pain de Sucre : Pain de Sucre.
  • Plaine Marécageuse
  • St Pierre : Saint-Pierre
  • Montagne du Calvaire : le Calvaire
  • Pointe du Cimetiere : Pointe aux Canons
  • la Vache : rocher au large de de la Pointe aux Canons.
  • Isle Massacre : Ile au Massacre
  • La Rade : La Rade
  • Cap à l’Aigle : Le Cap à l’Aigle
  • Rocher de St Pierre : Le Petit Saint-Pierre
  • Passe du Nord est : Passe du Nord-est
  • Anse Trouard : Anse à Trehouard
  • Isle aux Chiens : Ile aux Marins
  • Pointe de Bonir : pointe où se trouve l’ancien phare de l’Ile aux Marins
  • Isle aux Moules : Ile aux Moules
  • Pointe du Pavillon : le pied de la digue de l’Ile aux Moules
  • Anse Bertrand : Anse à Bertrand
  • Roche Bertrand : Rocher à Bertrand
  • la pointe du sud est : la Pointe
  • Baterie : un petit fort à la Pointe
  • Teste de Galantry : Tête de Galantry
  • le Cap Noir : Cap Noir.

Le chevalier de Kervegan

Arrivé en mission pour étudier la fortification de l’île avec M. de Carpilhet de M. de Berthois, le chevalier de Kervegan leva deux cartes très précises.

Plan de l’Isle St Pierre de terre neuve, 1784. Bibliothèque Nationale, Paris. Sc 91 462.

lesperance-stpierre

La carte de Saint-Pierre comporte une topographie très détaillée. Chaque mont, colline y est représentée. La toponymie est très riche. Non seulement on découvre des noms originaux mais pour la première fois, certains étangs intérieurs sont aussi baptisés.

Toponymie de Saint-Pierre

  • Basse du petit Colombier
  • Le petit Colombier
  • Le Colombier : le Grand Colombier
  • La pointe à la Croix : Pointe à Henry
  • La teste de Clives : Cap Blanc?
  • Cap à l’Aigle
  • Rocher de St Pierre : Petit St Pierre
  • Passe du nord est
  • La Rade
  • Ruisseau Courval : ruisseau issu de l’étang Thélot
  • St Pierre
  • Montagne du Calvaire
  • Batterie : batterie située à la Pointe aux Canons
  • pointe du Cimetiere : Pointe aux Canons
  • Barachois
  • Isle aux Moules
  • la pointe du Pavillon : pied de l’actuel digue de l’Ile aux Moules
  • anse Bertrand
  • Rochers Bertrand
  • La pointe du sud est : la Pointe
  • Anse du sud est : Anse à l’Allumette
  • Le Cap noir : le Cap Noir
  • Isle aux Chiens : Ile aux Marins
  • Isle Massacre : Ile au Massacre
  • anse trouard : Anse à Trehouard
  • Isle aux pigeons : Ile aux Pigeons
  • Isle au Bours : Ile aux Vainqueurs
  • Le gros Rocher noir : Ilot Noir
  • Basse de l’enfant perdu
  • L’enfant perdu
  • Teste de galantry : Tête de Galantry
  • petit havre : Petit Havre
  • Tête du petit havre : Pointe Blanche
  • anse de la pointe Blanche : anse entre la Pointe Blanche et Bonnier
  • La pointe du sud ouest : la Beugresse
  • Pointe Ravenel : pointe sur la rive sud de l’Anse à Ravenel
  • L’anse du sud ouest : Anse à Ravenel
  • La teste rouge : Pointe aux Basques
  • anse marcade : Anse à Marc Cadet
  • pointe marcade : pointe sur la rive ouest de l’Anse à Marc Cadet
  • Cap Berniche : Pointe du Diamant
  • anse des savoyards : Anse de Savoyard
  • L’Etang des Savoyards : Etang de Savoyard
  • Pointe aux Seches : Pointe de Savoyard
  • anse Brossar : Anse à Brossard
  • Pointe verte : les Cailloux Rouges
  • Etang aux goélans : Étang Goéland

 

Plan des Isles Miquelon, 1784. A.N. S.O.M. DFC StPM 39B

Quant à Miquelon-Langlade, c’est la première fois que Langlade compte autant de noms sur un document cartographique. Kervegan, dans sa cartographie de Langlade, reprendra le même profil côtier arrondi que Bellin et Fortin. Les cartes de Kervegan sont d’une richesse telle qu’elles marquent un véritable tournant dans la cartographie de l’Archipel.

Toponymie de Miquelon Langlade

Miquelon

  • La grande Miquelon :
  • anse de la Carcasse :
  • Grand Étang :
  • anse de la Vache :
  • pointe au Cheval :
  • Cap blanc :
  • la Ville :
  • le Calvaire :
  • la loutre :
  • Cap Miquelon :
  • pointe de la Montagne :
  • Le Chapeau :
  • Etang de Mirande :
  • Roc de Mirande :
  • pointe belliveau :
  • Rochers de l’est :
  • Cap vert :
  • pointe aux alouetes :
  • Grand Barachois :
  • Reunion des deux Isles :

Langlade

  • La grande Anse :
  • anse aux greves ou de la belle Rivière :
  • anse aux Soldats :
  • pointe des Morts :
  • Cap percé :
  • Anse à Ros :
  • pointe du Cheval Blanc :
  • Langlade ou petite Miquelon :
  • Cap des Bois :
  • Cap d’angeac :
  • Anse du S.O. :
  • pointe Verte :

Note : cette série d’articles fut rédigée entre 1997 et 2004 dans le cadre d’une œuvre consacrée à l’histoire de la cartographie et de la toponymie de l’archipel. Le projet n’ayant abouti, les ébauches vous sont livrés tels quels avec pour seul objectif de mieux faire connaître cette facette particulière de notre histoire.

Cartographie et toponymie des îles Saint-Pierre et Miquelon.
De la reprise de possession de 1764 à l’invasion de 1793

Marc Albert Cormier

Marc Albert Cormier est originaire des îles Saint-Pierre et Miquelon. Passionné par l’histoire de son archipel natal, il a consacré d’importants moyens à la mise sur pied de ce projet d’encyclopédie virtuelle et historique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.